Pauvre petit blanc. Le mythe de la dépossession raciale

Parution de l'ouvrage de Sylvie Laurent

Depuis une dizaine d’années, un nombre considérable de Blancs pensent être victimes d’un "racisme anti-blanc" ou d’une "discrimination inversée". Ce discours, qui trouve ses racines dans les États-Unis du XVIIIe siècle, a connu un regain de succès avec Donald Trump depuis 2008. Aujourd’hui, il inspire de nombreux suprémacistes blancs, bien des fois criminels, à l’échelle internationale (Anders Behring Breivik auteur du tragique attentat qui fit 77 morts à Oslo en 2010 en est une figure emblématique). En France, ce discours trouve un écho dans les médias à l’occasion de polémiques lancées par le FN (en 2019 par exemple, Lilian Thuram fut accusé de racisme anti-blancs pour avoir dénoncé le privilège blanc).

Pourtant, une étude sérieuse des données disponibles sur les discriminations de race dévoile le caractère mensonger d’un déclin même relatif du privilège des Blancs. En dévoilant les origines historiques de ce discours en provenance des EU, Sylvie Laurent démonte le nouveau mythe du Blanc victime. Elle dévoile avec brio cet ultime tour de passe-passe de la domination blanche, qui s’approprie la posture de l’opprimé pour préserver un ordre social chahuté par l’élection de Barack Obama et l’activisme des minorisés.

À la veille des élections présidentielles étatsusiennes où Donald Trump, champion du discours du "pauvre petit blanc", menace d’être réélu, il est temps de tordre le cou à la nouvelle offensive déguisée des suprémacistes blancs.

Sylvie Laurent est historienne et américaniste. Enseignante à Sciences Po Paris, elle a été chercheuse associée à l’université d’Harvard. Elle est spécialiste de l’histoire des clivages sociaux et de race aux États-Unis.
Elle est notamment l’autrice de
Martin Luther King. Une biographie (2015) et de La couleur du marché. Racisme et néolibéralisme aux États-Unis (2016) au Seuil. Elle livre ici un ouvrage d'actualité à la veille des élections présidentielles aux États-Unis, une critique sociale pour déjouer les pièges idéologiques de l'extrême droite.

 

Dans la presse

Partager
Mis à jour le
27 août 2020
Parution

Voir aussi