L’invention du Sahel

Présentation d'ouvrage | Jeudi 1er décembre 2022
Jeudi
01
déc
18h00
20h00
""

Anne Doquet (IRD, IMAf) et Fabio Viti (AMU, IMAf, Société des africanistes) présentent et discutent l’ouvrage de Jean-Loup Amselle (EHESS) :

L’invention du Sahel
Éditions du Croquant, 2022

 

L'invention du sahel.jpg
Le Sahel est une catégorie, comme toutes les catégories qui s'appliquent à l'Afrique, ethniques et géographiques entre autres, qui semble aller de soi. Évoquant les famines et les sécheresses des années 1970, les révoltes et insurrections qui se produisent dans toute cette zone depuis des décennies, le Sahel est vu avant tout comme une terre dangereuse. Peut-être en va-t-il ainsi parce qu'il s'agit d'une catégorie instable, hybride, intermédiaire entre le désert et la savane, entre le nomadisme et la sédentarité, entre des populations «blanches» (Touaregs, Maures), des populations « rouges » (Peuls) et des populations « noires », entre l'animisme et l'islam.
Impossible donc de définir de façon stricte ce qu'il en est du Sahel, de ses limites, de ce qui le caractérise en propre. Il s'agit d'une notion totalement arbitraire qui ne doit son existence qu'à la consolidation que lui ont fait subir un certain nombre de savants coloniaux et dans la foulée des écrivains et des cinéastes africains dont le plus célèbre d'entre eux est Mohamed Mbougar Sarr, lauréat du prix Goncourt 2021 pour son roman La plus secrète histoire des hommes. L'hypothèse de ce livre est donc que les problèmes de ce qui forme aujourd'hui le Sahel (en particulier la défaite de l'armée française) sont en grande partie le résultat d'une représentation figée de cette région géographique d'Afrique de l'ouest.

société des africanistes(1).jpg
IMAF.jpg
Logo FMSH 2015(2).jpg

Publié le 1 décembre 2022