"Les papas en danger ? Des pères à l'assaut des droits des femmes"

Ouvrage d'Édouard Leport à paraître dans la collection "Interventions" des Éditions de la MSH

Depuis le milieu des années 1970, des associations défendant les droits des pères à l'image de SOS Papa ou de Les papas = Les mamans ont imposé l'idée dans le débat public que les pères séparés seraient éloignés de leurs enfants par une justice favorisant les femmes.

Après trois années d’enquête auprès de ces militants, le sociologue Édouard Leport révèle à contrario une réalité sombre : un quart de ces pères mobilisés sont accusés de violences conjugales ou de violences envers leurs enfants et tous sont en procédure de divorce conflictuelle. En off, lors des permanences des associations, les langues se délient et le combat de ces pères se révèle finalement très éloigné des préoccupations éducatives et des revendications d’égalité des sexes qu’ils affichent dans la sphère médiatique. Pour se défendre des accusations de leurs enfants et de leurs ex-femmes et payer moins de pensions alimentaires, ces pères demandent la reconnaissance d’un « syndrome d’aliénation parentale » – une dangereuse théorie venue des États-Unis qui affirme qu'aucune accusation formulée contre un père lors d'une séparation conflictuelle ne doit être écoutée.
Malheureusement, ces pères engagés ne sont pas des exceptions. Les chiffres qui les concernent reflètent les violences que subissent les femmes et les enfants à l'échelle de notre société.
L’ouvrage d’Édouard Leport a donc pour ambition d’en finir avec les lieux communs masculinistes qu’imposent ces pères dans l’espace public et qui permettent encore à certains, sous couvert d’évidence, de défendre la préséance des hommes.

Édouard Leport est sociologue. Il a soutenu sa thèse "Quand les pères montent la garde. Discours, pratique et conscience de domination dans les mobilisations collectives des pères séparés" à l'Université Paris 8.

 

 


En podcast


Dans la presse

Partager
Mis à jour le
20 octobre 2021
Parution

Voir aussi