Prix Herman Diederiks | Entretien avec Laura Nys, lauréate 2020

Distance et proximité. Les relations interpersonnelles entre élèves et éducateurs à l'école de bienfaisance belge de Mol (1927-1960)

Chaque année, la FMSH remet le prix Herman Diederiks qui récompense un article dans le domaine de l'histoire de la criminalité et de la justice pénale. En 2020, Laura Nys a remporté le prix pour un article intitulé "Distance et proximité. Les relations interpersonnelles entre élèves et éducateurs à l'école de bienfaisance belge de Mol (1927-1960)". Dans cet entretien, elle revient sur son sujet de recherche, le rôle des émotions et les liens éducateur/détenu au sein des écoles de réforme, et explique l'effet que le prix Herman Diederiks a eu sur sa carrière universitaire.

 

  • Pouvez-vous nous présenter votre parcours universitaire et votre établissement de rattachement ?

J'ai obtenu mon doctorat en janvier 2020. Pendant mes recherches doctorales, j'ai travaillé au département d'histoire de l'Université de Gand et au département de criminologie de la Vrije Universiteit Brussels. Travailler dans deux départements, dans deux disciplines différentes, est quelque chose que je peux recommander à tout le monde. Je perçois vraiment l'Université de Gand comme mon institution d'origine : j'y ai obtenu mon diplôme et je suis avant tout historienne. Mon co-superviseur m'a ensuite fait connaître le département de criminologie de la VUB. Le fait d'écouter l'expérience de recherche de mes collègues dans le domaine de la criminologie a considérablement enrichi mes connaissances. Bien sûr, en tant qu'historienne, je travaille avec des méthodes et des sources complètement différentes de celles de mes collègues qui effectuent par exemple un travail de terrain dans les prisons, mais leurs recherches m'ont permis de regarder mes sources d'un œil neuf. Ils m'ont recommandé des ouvrages que je n'aurais jamais lus autrement. Mes superviseurs, Gita Deneckere et Jenneke Christiaens, m'ont toujours apporté un grand soutien, comme ce fut également le cas pour mon conseil consultatif. En mars 2020, j'ai commencé à travailler à la Hankuk University of Foreign Studies de Séoul, mon établissement de rattachement actuel.

The State Reformatory of Mol, ca. 1920-1949
© Municipal Archives Mol / Board of local history (Gemeentearchief Mol/Kamer voor Heemkunde)

 

  • Quel était le sujet de votre thèse et de vos travaux de recherche récompensés ?

Ma thèse de doctorat porte sur le rôle des émotions dans les écoles de réforme belges entre 1890 et 1960. Dans ma thèse, j'essaie de faire le lien entre l'histoire de la justice pénale et l'histoire des émotions. La première discipline est très compétente pour faire émerger les voix des groupes défavorisés, tandis que la seconde, en considérant les émotions comme historiquement et culturellement variables, pose des questions nouvelles et intrigantes qui peuvent éclairer les expériences des détenus. Ma thèse aborde les émotions de trois manières. Premièrement, je traite du rôle des émotions dans les pratiques scientifiques émergentes des écoles de réforme, telles que les observations psychologiques. Deuxièmement, j'examine les rencontres entre les membres du personnel et les détenus. Troisièmement, je me concentre sur les ego-documents rédigés par les détenus eux-mêmes, qui nous donnent un aperçu de leur expérience de la détention, mais soulignent également le potentiel d'action et de résistance aux règles émotionnelles qui leur étaient imposées.
L'article que j'ai soumis pour le prix traite des interactions entre les membres du personnel et les détenus. Je soutiens que nous devons reconnaître la nature violente des relations carcérales, mais que parallèlement aux pratiques coercitives, il existe un éventail plus large d'interactions sociales. Les ego-documents des élèves et des éducateurs donnent un aperçu de ces micro-interactions, des émotions et des relations de pouvoir en jeu.

Vocational training in the Central Observation Institute of Mol (“De Hutten”), ca. 1920-1949.
© Municipal Archives Mol / Board of local history (Gemeentearchief Mol/Kamer voor Heemkunde)

 

  • Dans quel contexte avez-vous décidé de poser votre candidature au prix Herman Diederiks ?

Globalement, j'apprécie le fait que Crime, histoire et sociétés soit une revue bilingue et qu'elle ait une politique d'accès ouvert. Indépendamment du prix, je voulais essayer de soumettre un article à CHS. Lorsque je travaillais sur mon doctorat, je ne voyais pas toujours clairement comment les pièces s'emboîtaient. En reliant tous les chapitres, j'ai pu écrire cet article. C'était le bon moment. J'ai également été encouragée par mon jury et mon conseil consultatif à communiquer mes recherches.

 

  • Quel impact le prix peut-il avoir sur vos recherches ?

Je suis très reconnaissant d'avoir reçu ce prix. C'est un encouragement fantastique. En tant que chercheuse, je suis souvent assaillie de doutes : ma recherche est-elle vraiment assez bonne ? Le fait que le comité de rédaction m'ait décerné ce prix signifie beaucoup pour moi. Ce financement me permet de poursuivre mes recherches et de publier davantage. Tout le monde pense bien sûr que ses recherches sont importantes. Il y a tellement de développements intellectuels intéressants ! Néanmoins, je pense sincèrement que la combinaison de l'histoire des émotions et de la criminologie historique est une voie intéressante à approfondir.

(anonymised) personal case file of a girl detained in the reform school of Bruges, ca. 1893.
© State Archives Bruges, M35, 1321, 202. Courtesy of the State Archives Bruges and the Flemish Agency Opgroeien.

 

  • Le contexte difficile de 2020 a-t-il entraîné un changement dans vos méthodes de recherche ?

Travailler à distance nous coupe de nos collègues. Bien sûr, nous pouvons envoyer des e-mails ou faire des zooms, mais ce sont souvent ces rencontres imprévues à la machine à café ou à la photocopieuse qui donnent lieu à des échanges spontanés d'idées, des questions, des conseils de lecture... Les conversations entre collègues sont une source d'inspiration et d'énergie. J'ai besoin d'être seule pour réfléchir et écrire, mais j'ai aussi besoin de ces stimulantes discussions informelles. On peut se demander s'il s'agit vraiment d'une "méthode de recherche" à proprement parler. Pourtant, le partage de connaissances et le travail en commun font partie intégrante de tout processus de recherche et méritent, selon moi, d'être mieux reconnus.

J'ai quitté l'Europe en février 2020 pour commencer mon nouveau travail à Séoul. Je savais que je vivrais à l'autre bout du monde, mais à l'époque, j'étais pleinement convaincue que je reviendrais en été pour consulter les archives. Bien sûr, cela ne s'est pas produit. Je n'ai pas quitté la Corée du Sud depuis mon arrivée, et je ne me rendrai probablement en Belgique qu'à l'hiver 2021/2022. La pandémie nous oblige à repenser des pratiques que nous avons toujours considérées comme acquises, comme les voyages longue distance. C'est un défi, mais il est parfois bon de remettre en question des habitudes que nous avons toujours considérées comme normales. J'imagine que pour les chercheurs qui s'appuient sur le travail de terrain, en particulier avec les groupes vulnérables, l'impact de la pandémie sur leur méthode de recherche est beaucoup plus important et durera plus longtemps que pour le travail d'archivage - sans parler de l'impact de la pandémie sur tous les autres domaines de la société bien sûr, en dehors de la recherche.

Clandestine letter of a detained girl in the State Reformatory of Bruges, ca. 1930
© State Archives Bruges, M24, 830, File 4. Courtesy of the State Archives Bruges and the Flemish Agency Opgroeien.

 

  • Quelle est la prochaine étape de votre carrière universitaire ?

Depuis mars 2020, je travaille au sein du département de néerlandais de la Hankuk University of Foreign Studies à Séoul. Enseigner à des étudiants coréens est très gratifiant : leurs questions me forcent continuellement à repenser ma propre posture en tant qu'universitaire belge. Ce que j'aimerais leur donner, c'est ma vision de l'histoire. Je fais vraiment l'effort d'inclure l'histoire de la vie quotidienne dans mes cours : l'histoire de la bicyclette par exemple. Ou l'histoire du supermarché. Ce n'est pas toujours ce qu'ils attendent, mais c'est aussi notre histoire. Jusqu'à présent, je n'ai rencontré mes étudiants qu'en ligne. Même si les rencontres numériques sont formidables, je suis impatiente de les rencontrer en vrai, de voir leurs visages et d'entendre leurs soupirs d'excitation lorsqu'ils comprennent quelque chose de nouveau.

[Cet entretien a été traduit de l'anglais]

Laura Nys
Hankuk University of Foreign Studies in Seoul

Partager
Mis à jour le
12 juillet 2021
Récompense

Voir aussi