Religion cultuelle et fétichisme de la marchandise. Actualité de la pensée de Walter Benjamin

Working paper de Luis Martínez Andrade

Ce texte analyse l’actualité de la critique romantique révolutionnaire de la modernité capitaliste dans la pensée de Walter Benjamin. Cent ans après l’écriture de « Le capitalisme comme religion » (1921), nous montrons son importance et étudierons la manière dont le philosophe allemand élabore son analyse micrologico-marxiste. Tout d’abord, nous examinerons les principaux traits de sa critique romantique dans ses livres Einbahnstrasse et Le livre des Passages. Ensuite, nous examinerons le rôle de la mode dans la dynamique de consommation. Notre intérêt est de révéler la dis/ continuité de la critique de Benjamin de la logique de la modernité capitaliste.

L'auteur

Luis Martínez Andrade est docteur en sociologie de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Il est l’auteur de Religion sans rédemption. Contractions sociales et rêves éveillés en Amérique latine (Paris, van Dieren, 2015), Las dudas de Dios: Teología de la liberación, ecología y movimientos sociales (Santander, Otramérica, 2015), Écologie et libération. Critique de la modernité dans la théologie de la libération (Paris, van Dieren, 2016), Feminismos a la Contra. Entre-vistas al Sur Global (La Voragine, 2019) et Textos sin disciplina. Claves para una teoría crítica anticolonial (Universidad de Guadalajara, 2020). 

Le texte

Cet article reprend en grande partie la communication présentée par l'auteur lors du séminaire de l’Observatoire des écritures contemporaines françaises & francophones à l’Université Paris Nanterre, le 20 mars 2019 alors qu'il était chercheur postdoctorant invité au Collège d’études mondiales/Fondation Maison des sciences de l’homme.

Citer ce document : 

Luis Martínez Andrade, Religion cultuelle et fétichisme de la marchandise. Actualité de la pensée de Walter Benjamin, FMSH-WP-2021-150, mars 2021.

 
 
Partager
Mis à jour le
04 juin 2021
Parution

Voir aussi