Une résidence de la noblesse gauloise. Le Camp de Saint-Symphorien

Parution de l'ouvrage dirigé par Yves Menez

Avant 1988 et les travaux routiers qui ont provoqué l’intervention archéologique exposée dans le présent ouvrage, le site de Paule n’était qu’une enceinte en terre parmi d’autres en Bretagne. Dès les premières fouilles, il a cependant montré sa singularité : sculptures, clôtures monumentales et tessons d’amphores en nombre ont rapidement permis d’y reconnaître une résidence aristocratique.

À l’issue de vingt ans de recherche nous sont donnés à voir, sur près de 10 hectares, six siècles d’une occupation continue. Depuis la fondation de la ferme d’origine, vers 550 av. J.-C., jusqu’à l’abandon du site, vers 15 av. J.-C., peu après la Conquête, le lecteur est appelé à suivre, sous une forme vivante et simple, attachée aux faits humains, les adaptations aux variations de son environnement d’une famille d’aristocratie foncière. Les nécessités de l’agriculture, de la défense, du stockage, un embryon d’artisanat modèlent tour à tour les bâtiments et la distribution de l’espace. Le noyau central familial se détache peu à peu de ses dépendants, relégués dans un enclos périphérique, puis attire une population venue des environs et l’englobe dans une vaste fortification.

Les méthodes employées pour l’analyse sont celles de l’archéologie classique, dont la qualité repose ici sur leur cohérence. Yves Menez, dont la recherche sur Paule a été sanctionnée par un doctorat en Sorbonne, ne se contente pas de livrer à la réflexion une documentation complète et objective. Il s’appuie sur sa double formation d’archéologue et d’ingénieur pour s’engager – intégrant les phénomènes observés dans les transformations d’un territoire plus large – dans une approche historique et anthropologique. À chacune des étapes, il pose la question du « pourquoi », qui renvoie à la structure de la société, à l’importance de la famille, du lignage et à la mise en place des institutions.

La lecture des vestiges est soutenue par une abondante illustration en couleurs, incluant des restitutions fondées sur un modèle numérique de terrain. Enfin, des légendes en anglais et un résumé détaillé en tête de chaque chapitre garantissent au public international un accès aisé à la démonstration.

 

Yves Menez est docteur en archéologie, conservateur régional de l’Archéologie au ministère de la Culture, direction régionale des Affaires culturelles de Bretagne, et membre du Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire. Il a dirigé de 1991 à 2008 les recherches effectuées sur le site de Paule. Il a soutenu sa thèse en 2009 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction d’Olivier Buchsenschutz. C’est elle qui donne lieu à la présente publication. Spécialiste de l’âge du Fer dans l’Ouest de la France, il est déjà auteur, dans les Documents d’archéologie française, de l’ouvrage Une ferme de l’Armorique gauloise : Le Boisanne à Plouër-sur-Rance (Côtes-d’Armor).

Contributions de Barbara Ambruster, Gérard Aubin, Clémentine Barbau, Anna Baudry, Marion Berranger, Paul-André Besombes, Maryse Blet-Lemarquand, Karine Chanson, Sophie Coadic, Émilie Dierstein, Anne Dietrich, Vincent Drost, Bernard Gratuze, Caroline Hamon, Fanette Laubenheimer, Solenn Le Forestier, Joseph Le Gall, Hélène Le Nagard, Thierry Lorho, Patrick Naas, Marilou Nordez, Michel Pernot, William Van Andriga, Anne Villars-Le Tiec

 

 

 

 

Partager

Mots clés

Mis à jour le
25 mai 2021
Parution

Voir aussi