Ludivine RICOU reçoit le prix Louis Dumont 2020

Le Fonds Louis Dumont pour la recherche en anthropologie sociale sélectionne chaque année un ou deux projets d’étudiants pour une aide au terrain.

Pour l'année 2020, le dossier de Ludivine RICOU a été sélectionné pour son projet « Ethnographier la (re)production des rapports moraux et genrés au sein des communautés villageoises de l’Unité Territoriale Autonome de Gagaouzie (République de Moldavie) »

 

 

Depuis la dissolution de l’URSS la République de Moldavie doit faire face à l’émigration massive de sa population, et plus particulièrement de ses femmes (63 % des migrants, IOM, 2015). Mon travail vise à comprendre comment ce phénomène participe à la recomposition des rapports moraux et genrés à partir d’une enquête ethnographique dans la région de l'UTA Gagaouzie (région autonome au sud de la Moldavie). En raison de l’existence d’une niche d’emplois dans le domaine du « care » pour les femmes gagaouzes (minorité turcophone orthodoxe) à Istanbul, cette région rurale, faiblement industrialisée et économiquement défavorisée, est particulièrement touchée par le phénomène des migrations féminines (Keough, 2006). Dans la lignée des travaux de Chris Hann, Stephen Gudeman et Jennifer Cash (2015) sur l’« économie de la maison », je m’intéresse plus particulièrement aux conséquences de ces déplacements internationaux sur les pratiques et les normes relatives à l’espace domestique (traditionnellement occupé par les femmes).

Partager

Voir aussi