Attribution du Prix Louis Dumont 2016

Peut-on fabriquer un « enfant céleste » ? - Agnès Giard

Le Fonds Louis Dumont pour la recherche en anthropologie sociale sélectionne chaque année un ou deux projets d’étudiants pour une aide au terrain.

Pour l'année 2016, le dossier de Agnès Giard, Peut-on fabriquer un « enfant céleste » ? La poupée comme outil rituel (terrain au Japon) a été retenu.

Cette recherche entend documenter un aspect peu connu, voire secret, de la Gion matsuri, une des trois plus grandes fêtes du Japon : il s'agit de l'opération qui consiste à transformer des enfants en dieux au cours d'une séance de maquillage nommée shironuri (« application de blanc »).

Un seul homme est habilité à effectuer ce maquillage. Il s'appelle Okuyama Keisuke. Il a 90 ans et présente ceci de particulier qu’il se définit avant tout comme « créateur de marionnettes ». En étudiant la façon dont les enfants sont choisis puis transformés en poupée, l'objectif est de comprendre la raison qui préside à l’usage de « marionnettes » comme dispositifs de protection symbolique, surtout, de saisir la façon dont les individus et les collectivités au Japon gèrent le rapport à l’autre, à la mort et au mal.

Agnès Giard, Peut-on fabriquer un « enfant céleste » ? La poupée comme outil rituel (terrain au Japon), Université de Paris Ouest.

 

Partager

Mots clés

Récompense

Voir aussi