Naissance et développement de l'IEA de Paris au sein de la Fondation Maison des sciences de l'homme

Inauguration de l’IEA de Paris, Hôtel de Lauzun, 22 novembre 2013

Le chemin parcouru par l’Institut d'études avancées de Paris en quelques années est impressionnant, et je me réjouis de le voir aujourd’hui superbement installé en ces lieux.

Le point de départ se situe à la fin des années 1990, quand le gouvernement de Lionel Jospin crée l’Institut Universitaire de France au bénéfice des enseignants-chercheurs français, et que la question se pose de savoir ce qui pourrait être fait en matière internationale. Le thème des Instituts d’études avancées est alors lancé, et dans ce contexte, la Fondation Maison des sciences de l'homme met en place et à moindre frais un Programme international d’études avancées, le PIEA, qui va s’ajouter à ses invitations individuelles de chercheurs étrangers en proposant à de petits groupes de recherche plurinationaux de travailler en résidence, au terme d’une double sélection, à Paris et à New York. Placé sous la responsabilité scientifique du géographe Jean-Luc Racine, le PIEA fonctionne en partenariat avec l’Université Columbia, et entre 2001 et 2010, il aura vu se constituer une vingtaine de groupes de recherche internationaux ayant à ce jour publié 18 ouvrages.

Voilà pour la préhistoire.

L’histoire proprement dite de l’Institut d'études avancées commence en 2007 quand le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche lance les Réseaux Thématiques de Recherche avancée, les RTRA. L’un d’entre eux, le Réseau français des Instituts d’études avancées, le RFIEA, que dirige aujourd’hui l’économiste Olivier Bouin, a pour mission de faciliter l’émergence de quatre instituts à Paris, Nantes, Lyon et Aix-Marseille. Pour Paris, l’IEA est porté à la naissance par un triumvirat composé de l’ENS, de l’EHESS et de la FMSH, qui va jouer un rôle central. La FMSH contribue en effet non seulement à la réflexion sur le fonctionnement et les principes qui doivent animer l’IEA de Paris, elle apporte aussi des moyens spécifiques, à commencer par ceux que peut offrir la Maison Suger – ce qui me conduit à rappeler le rôle important joué par Jean-Luc Lory, le directeur de la Maison Suger. Très vite, l’IEA de Paris est doté d’un Conseil scientifique présidé par le grand historien allemand Wolf Lepenies.

En 2008, un comité de pilotage est mis en place par les trois institutions qui ont véritablement fondé l’IEA et à partir de 2009, j’engage au nom de la FMSH la discussion avec la Ville de Paris, qui envisage de créer de son côté un Institut d’études avancées. Il est en effet absurde de tenter de créer en même temps à Paris deux IEA, et nous convenons rapidement de faire converger les deux initiatives.

À partir de là, et en relation constante avec la Ville de Paris, la FMSH a assuré la montée en puissance de l’IEA. Une double direction est mise en place, confiée au sociologue Patrice Duran et à l’historien Alain Schnapp, puis une association est créée, qui donne sa structure juridique à l’IEA. Elle regroupe, aux côtés de la FMSH, de l’ENS, de l’EHESS et du RFIEA, une bonne dizaine d’universités et grands établissements de la région parisienne, qui chacun contribue au financement de l’Institut. J’en assure la présidence jusqu’au moment où la Ville de Paris et la Région Île de France nous rejoignent, et où Dominique Schnapper me succède. En 2011, à la suite d’un processus rigoureux, Gretty Myrdal est élue pour diriger l’IEA. Celui-ci est maintenant une institution indépendante, et pour la FMSH, il y a là une belle illustration de sa fonction d’incubation : nous avons permis la naissance, puis le développement en notre sein, et le passage à l’autonomie de ce qui constitue un fleuron international pour les SHS. Nous continuons à soutenir l’Institut, bien sûr.

La FMSH continuera bien évidemment à soutenir l'IEA dans le futur en apportant, comme par le passé des moyens financiers et humains, mais surtout de manière croissante en renforçant son inscription dans le paysage français et international et en développant les meilleures synergies avec le Collège d'études mondiales que la FMSH a créé en 2011 et qui est à tous égards complémentaire de l'activité de l'IEA. Je me réjouis de la poursuite de cette collaboration entre nos institutions et vous, je devrais dire nous, souhaite une belle aventure intellectuelle et scientifique.

 

Michel WIEVIORKA

Administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme

Inauguration de l’IEA-Paris, 22 novembre 2013

Partager
Edito