Lauréats du prix Mattei Dogan

Prix d'Histoire sociale

Le prix d'Histoire sociale Mattei Dogan est décerné tous les deux ans depuis 2009 à une thèse de doctorat traitant d’un sujet d’histoire sociale, dans le sens le plus large du terme, du XIXe au XXIe siècle, et portant sur la France, un ou plusieurs pays étrangers ou un sujet transnational.

 

2017

Clélia Coret, «La refondation d’une cité swahili à Witu. Écriture de l’histoire et légitimation du pouvoir au nord de la côte est-africaine (1812-1895)», Université Paris 1, 2016

Mathieu MARLY, «L’âme des régiments. Promotion, recrutement et discipline dans les rangs de l’armée française (1872-1914)», Université Lille 3, IRHiS, 2015

En savoir +

2015

Anaïs Albert, «Consommation de masse et consommation de classe. Une histoire sociale et culturelle du cycle de vie des objets dans les classes populaires parisiennes (des années 1880 aux années 1920)», Université Paris 1, 2014

Marie-Paule Hille, «Le Xidaotang, une existence collective à l’épreuve du politique. Ethnographie historique et anthropologique d’une communauté musulmane chinoise (Gansu, 1857-2014)», EHESS, 2014

En savoir +

2013

Volny Fagès, «Les origines du monde. Cosmogonies scientifiques en France (1860-1920) : acteurs, pratiques, représentations» , EHESS, 2012

Roman Krakovsky, «L’espace et le temps dans un régime autoritaire. La Tchécoslovaquie 1948-1989», Université Paris-1 Sorbonne, 2012

En savoir +

2011

Vanessa Caru, «Le logement ouvrier et la question sociale, Bombay (1850-1950)», Université Paris 7 Diderot, 2010

Frédéric Viguier, «La cause des pauvres. Mobilisations humanitaires et transformations de l’Etat social en France depuis 1945», EHESS, 2010

2009

Thomas le Roux, «Les nuisances artisanales et industrielles à Paris, 1770-1830», Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Alexandre Sumpf, «Le visage vers la campagne. Les bolcheviks et l’éducation politique de la paysannerie dans les années 1920», Université Toulouse 2 Le Mirail.

Partager

Mots clés

Récompense