L'art préhistorique, une archéologie

Parution du 154e volume des Nouvelles de l'Archéologie

Depuis la découverte de la grotte Chauvet, en 1994, les études en art préhistorique ont bénéficié d'un renouvellement profond des connaissances, des outils, mais aussi des approches méthodologiques.

Après les découvertes vient la reconnaissance de l'ancienneté de cet art.
L’art pariétal s’étudie, à partir des années 1970-1980, dans son contexte archéologique. Les datations, les fouilles éloignent la grotte de l’image de sanctuaire à laquelle elle restait alors le plus souvent associée. Des fonctions sociales plus complexes émergent et nourrissent aussi de nouvelles problématiques.

Des territoires graphiques inédits apparaissent et modifient sensiblement la cartographie « pariétale » de l’Europe. Au Brésil, en Australie, les découvertes participent à l’internationalisation des recherches, débouchant sur une dynamique commune, comme le souci d’appréhender les sites dans leur globalité, à la croisée de questionnements autant archéologiques qu’environnementaux, mais aussi conservatoires, qui génèrent de nouvelles approches. La multidisciplinarité fait donc son entrée sur ce terrain.

Si l’émerveillement et la fascination restent les mêmes en découvrant Armintxe en 2016 que 150 ans auparavant sous le plafond d’Altamira, les approches scientifiques ont en revanche considérablement évolué pour ancrer fermement l’étude des productions graphiques dans l’archéologie préhistorique.

Parution prévue le 16 mai 2019

Édition Première édition
Éditeur Éditions de la Maison des sciences de l'homme, Paris

Support Livre broché - 12,00 €
Nb de pages 88 p.

ISBN-10 2-7351-2428-2
ISBN-13  978-2-7351-2428-2
GTIN13 (EAN13)  9782735124282

 

 

Sommaire

Éric Robert, Patrick Paillet et Stéphane Petrognani, « Introduction : L'art préhistorique, une archéologie » ;

Jean-Jacques Delannoy, Bruno David, Jean-Michel Geneste, Robert G. Gunn et Margaret Katherine, « Nawarla Gabarnmang (Terre d'Arnhem, Australie). L'architecture d'un site orné » ;

Jacques Jaubert, Catherine Ferrier, Valérie Feruglio, Nathalie Fourment, Camille Bourdier, Stéphane Konik et Sébastien Villotte, « La grotte de Cussac (Dordogne). Étude pluri et interdisciplinaire d’un sanctuaire orné et sépulcral d’âge gravettien » ;

Patrick Paillet, Elena Paillet, Grégory Dandurand, Peggy Bonnet-Jacquement, Myriam Boudadi-Maligne, Sandrine Costamagno, Mathieu Langlais, Véronique Laroulandie, Alexandre Lefebvre et Jean-Baptiste Mallye, « La grotte de Fronsac au Vieux-Mareuil (Dordogne). Un dispositif pariétal revisité ou les bénéfices d’une approche interdisciplinaire » ;

José Luis Sanchidrián-Torti, María Ángeles Medina-Alcaide et Antonio Torres-Riesgo, « La grotte de Nerja aujourd’hui. Synthèse des derniers travaux de recherche dans les zones ornées » ;

Diego Garate Maidagan, Olivia Rivero Vilá, « Au cœur du carrefour symbolique du golfe de Gascogne. Nouveau regard sur des grottes ornées du Paléolithique supérieur » ;

Catherine Cretin, Jean-Michel Geneste, Hugues Plisson, Lydia V. Zotkina, Dimitri V. Cheremisin, Vyacheslav I. Molodin, Jean-Jacques Delannoy, Philip Deline, Ludovic Ravanel, « Un art rupestre paléolithique au-delà de l’Oural ? » ;

Frédérique Duquesnoy & Jean-Loïc Le Quellec, « Les images rupestres du Sahara central. Nouvelles approches, nouveaux outils » ;

Denis et Agueda Vilhena-Vialou, « La Cidade de Pedra (Brésil). Macro et micro échelle analytique d’un territoire d’art rupestre » ;

Juan F. Ruiz López, Elia Quesada Martínez, José M. Pereira Uzal, « Diagnosis and monitoring of rock art sites in "4D · arte rupestre" projects » ;

Carole Fritz et Gilles Tosello, « L’art pariétal, objet virtuel de recherche ? » ;

Romain Pigeaud, « La transparence et l’obstacle. Manipulations dans les grottes ornées » ;

Geneviève Pinçon, Oscar Fuentes et Camille Bourdier, « Sortir de la grotte. L’apport de l’étude des abris ornés du paléolithique supérieur ».


En savoir +

Patrick Paillet est préhistorien, spécialiste de l'étude des comportements symboliques de Homo sapiens, maître de conférences au département « Homme et Environnement » du Museum national d’Histoire naturelle (MNHN), directeur du programme collectif de recherches (PCR) « Peuplements et cultures à la fin du Tardiglaciaire dans le nord du Périgord, entre Dronne et Tardoire » (CNRS/université de Bordeaux 1/ministère de la Culture), UMR 7194 HNHP « Histoire naturelle de l’homme préhistorique », équipe NOMADE.

Stéphane Petrognani est préhistorien, spécialiste des manifestations symboliques préhistoriques. Docteur en anthropologie, ethnologie, préhistoire, iniversité Paris I Panthéon-Sorbonne, chercheur associé UMR 7194 HNHP « Histoire naturelle de l'homme préhistorique », équipe NOMADE « Comportements des Néandertaliens et des Hommes anatomiquement modernes replacés dans leur contexte paléoécologique », directeur du programme d’études de la Grotte de la Mouthe.

Éric Robert est préhistorien, spécialiste des représentations préhistoriques et des comportements symboliques de homo sapiens. Maître de conférences au département « Homme et Environnement » du Museum national d'Histoire naturelle (MNHN), UMR 7194 HNHP « Histoire naturelle de l’homme préhistorique », équipe NOMADE « Comportements des Néandertaliens et des Hommes anatomiquement modernes replacés dans leur contexte paléoécologique ».

Partager
Parution

Voir aussi