Radicalités violentes, perspectives comparatistes

Revoir la table ronde en vidéo

La table ronde du séminaire de la Plateforme Violence et sortie de la violence a réuni trois spécialistes des radicalisations et du djihadisme : Farhad Khosrokhavar (FMSH), Jérôme Ferret (MSH-Toulouse) et Dominique Thomas (EHESS). Ils font l'état des lieux de la recherche sur les radicalisations presque trois ans après l'attentat de Charlie Hebdo et apportent des éclairages depuis leurs terrains respectifs, en France, au Pays basque, au Royaume-Uni et au Moyen-Orient. Cette perspective comparatiste s'inscrit également dans le cadre de leurs travaux au sein du Panel international sur la sortie de la violence.

Intervenants

Farhad Khosrokhavar est directeur d'études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) et directeur de l’Observatoire des radicalisations à la FMSH. Il était directeur du Centre d'Analyse et d'Intervention Sociologiques (CADIS, EHESS-CNRS) de mai 2015 à août 2016. Ses recherches portent sur la sociologie de l'Iran contemporain, sur les problèmes sociaux et anthropologiques de l'islam en France mais également sur la philosophie des sciences sociales. Auteur de nombreux ouvrages sur le djihadisme, la radicalisation en prison et les révolutions arabes, dont Prisons en France. Violence, radicalisation, déshumanisation... Quand surveillants et détenus parlent, Editions Robert Laffont, 2016 et Le jihadisme. Le comprendre pour mieux le combattre (avec D. Bénichou et P. Migaux), Plon, 2015.

Jérôme Ferret est maître de Conférences HDR en sociologie à l'Université de Toulouse Capitole, chercheur associé à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Cadis, EHESS-CNRS) et co-directeur de la Maison des Sciences de l'Homme et de la Société de Toulouse (MSHS T, CNRS). Il étudie la violence politique, le terrorisme, la dynamique de confrontation entre les jeunes et la police dans les zones urbaines en France et en Espagne.

Farhad Kosrokhavar et Jérôme Ferret dirigent l'Observatoire des radicalisations de la Plateforme Violence et sortie de la violence. Ils sont également membres de l'ANR SoV et du Panel international sur la sortie de la violence.

Dominique Thomas est titulaire d’un DEA de l’INALCO (Paris, 1995) en Études Arabes et d’un DEA en Sciences Politiques de l’IEP (Paris, 2001). Il fut ensuite enseignant et coordinateur en charge de programmes pédagogiques auprès du Consulat Général de France de Jérusalem, au sein du Centre Culturel Français de Gaza (1995-1998). Il est actuellement chercheur à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) à Paris, associé aux programmes du centre de recherche de l’EHESS (Institut d’études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman - ISMM). Il a aussi réalisé plusieurs dossiers d’analyse sur la mouvance djihadiste radicale pour des consultances privées pour de nombreux Think tank européens et institutions publiques françaises. Après avoir longtemps travaillé sur les groupes jihadistes de la péninsule arabe et sur le champ jihadiste de Londres, ses thèmes de recherche restent aujourd’hui concentrés autour de l’islam politique radical, en particulier son évolution depuis les révoltes arabes. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces questions, dont le dernier ouvrage, Générations djihadistes, Al-Qaïda, Etat islamique histoire d’une lutte fratricide, est paru en octobre 2016. Il a également contribué à de nombreux articles dans la presse francophone et arabophone.

 

 

Partager
Replay