Pas d'enfant : la volonté de ne pas engendrer

Trouble dans la transmission

Le nouvel ouvrage d’Anne Gotman intitulé Pas d’enfants dit avec force et conviction ce que son sous-titre explicite : la volonté d’hommes et de femmes d’interrompre à leur (niveau de) génération la descendance de leur famille, de leur lignée.

Mais est-ce là une décision personnelle qui relèverait de la psychologie sociale ou bien l’analyse sociologique a-t-elle quelque chose à nous en dire ?

Ce refus d’enfants n’est pas une pratique exclusivement liée à notre modernité comme le montre un rapide historique en début d’ouvrage. Ce qui est inédit, souligne l’auteure, est la volonté de le normaliser.

C’est de l’entreprise de légitimation et de la constitution d’une « cause » que l’auteure rendra compte à partir de l’étude (d’une partie) de la littérature en sciences sociales et de l’analyse d’entretiens individuels menés auprès d’hommes et de femmes de 40 ans et plus ayant choisi de rester sans enfant.

Cette décision est fortement revendiquée par des individus désireux qu’elle soit reconnue comme un droit, celui de la liberté d’avoir des enfants ‑ ou pas. Ils la veulent positive dans son expression, à l’image du terme childfree ‑ « libre d’enfant » ‑ adopté par les pays anglo-saxons contre celui de childless ‑ « sans enfant » ‑ jugé trop négatif. Enfin cette décision signe pour les plus militants d’entre eux le dernier acte de la libération de la femme qui, par choix, passe d’une fécondité maitrisée à une fécondité non-activée.

Le choix libre et raisonné traverse tous les discours des interlocuteurs. Des raisons objectives sont convoquées : les études, la carrière, l’absence de désir d’enfant, auxquelles s’ajoutent des justifications d’ordre sociétal : quel avenir aurait un enfant dans une société en péril, sur une planète surpeuplée et surexploitée ? Que transmettre en somme hormis du négatif ?

La transmission vue ici sous son aspect le plus sombre est l’une des clés de l’analyse d’Anne Gotman. Certains sujets se sentent porteurs d’une nocivité héritée d’une histoire contrariée et qu’ils ne veulent pas transmettre. Comme si l’enfant n’était que du transmis et que du même.

Mais ce rapport critique aux parents et aux générations précédentes ouvre lui-même à une question plus inquiétante : Quelle est au juste la place de l’enfant dans notre société ?

 

 

Édition Première édition
Éditeur Éditions de la Maison des sciences de l'homme, Paris
Support Livre broché

ISBN-10 2735123332
ISBN-13 9782735123339

Livre broché - 27 €

Acheter le livre via le Comptoir des presses universitaires

 

 

Anne Gotman est sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS-CERLIS. Elle a déjà publié en 2013 dans la même collection Ce que la religion fait aux gens. Sociologie des croyances intimes.

En savoir +

Midi Magazine
ANNE GOTMAN, pas d'enfants, entretien avec Claudine Castelnau - Durée de l'émission : 50 min

 

Sur le même sujet


Individu, personne et parenté en Europe, publié en juin 2016.
Enric Porqueres i Gené montre que contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’Europe attache une grande importance à la parenté, ce qui module l’emphase portée sur son individualisme. L’importance de la parenté, qui dépasse la seule famille, apparaît au fil de l’histoire présentée dans une première partie et, dans les parties suivantes, par l’analyse de nombreuses représentations - du cosmos à la fabrication du corps et de ses substances (le sang notamment) - des choix matrimoniaux et des généalogies qui lui sont liées, puis par l’analyse des relations entre les individus et les agencements biologiques lors de la production médicalement assistée.

 

Partager

Mots clés

Parution