La liberté et l'expérience politique des femmes face à la crise

Les féminismes italiens et leurs prolongements au XXIe siècle

Près de quarante ans nous séparent de la première rencontre nationale de Paestum (1976) ; les deux rencontres nationales organisées à Paestum respectivement en 2012 (par les féministes actives dans les années ’70 : Primum vivre même dans la crise. La révolution nécessaire. Le défi féministe dans le cœur de la politique) et en 2013 (par les féministes nées dans les années ’70 : Libera ergo sum. La révolution nécessaire. Le défi féministe dans le cœur de la politique), ont mis en lumière l’urgence de se retrouver pour comprendre ensemble les nouvelles formes de pratiques politiques à impulser face aux contradictions du temps présent. Il ne s’agit absolumet pas de créer un sujet défini, réduit à une seule voix, mais tout au contraire de récupérer la force plurielle et variée des voix qui émergent à partir d’un sentiment et d’un désir partagé : donner une orientation différente à la vie de ce pays, en sachant que c’est seulement dans des relations « incarnées » que la singularité devient efficace, pour et dans la recherche de nouvelles pratiques politiques.

L'auteur

Chercheure à l’université l’Orientale de Naples et collaboratrice à l’université Federico II de Naples (Italie) au sein de la Chaire d’Histoire de la philosophie, Stefania Tarantino est titulaire de deux doctorats en philosophie, l’un intitulé La libertà in formazione. La comunicazione filosofica in Jeanne Hersch e in María Zambrano, obtenu à l’Université de Genève en 2007 et l’autre « Vivir desviviendose ». Personale e impersonale nel pensiero di Simone Weil e di María Zambrano, obtenu à l’Institut de sciences humaines, Naples/Florence, en 2011. Elle est professeure auprès de l’Institut italien pour les études philosophiques à Naples. Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages et de nombreux articles, parmi lesquels récemment : Femminismo e Neoliberalismo. Libertà femminile versus  imprenditoria di sé e precarietà, (sous la direction de), Natan, Benevento 2014 ; Άνευ μητρός/senza madre. L’anima perduta dell’Europa. Maria Zambrano e Simone Weil, Collana Diotima - Questioni di filosofia e politica, La Scuola di Pitagora, Naples 2014.

Le texte

Ce texte a été rédigé dans le cadre du séminaire « Genre, politique, sexualité(s). Orient / Occident » dirigé par Christiane Veauvy à la Fondation Maison des sciences de l’homme. Il a été présenté lors de la séance tenue le 29 janvier 2014. Le texte est accompagné d’une introduction par Christiane Veauvy et d’une introduction à la discussion par Stefania Ferrando. Stefania Tarantino a bénéficié d’un poste de DEA à la FMSH en octobre 2014.

Téléchargez le working paper sur HAL SHS

Stefania Tarantino. La liberté et l'expérience politique des femmes face à la crise : les féminismes italiens et leurs prolongements au XXIe siècle. FMSH-WP-2016-112, avril 2016

 

Partager