L’évolution des relations sociales entre science et société : défis contemporains

Prix Morazé 2013

Working paper en anglais

L’histoire sociale de la science moderne, particulièrement la façon dont elle a acquis sa légitimité sociale, analyse les relations entre science et société telles qu’elles émergèrent depuis Galilée. L’institution sociale de la science est devenue au fil du temps l’une des plus puissantes, l’une des plus influentes et l’une des plus courtisées des institutions. La connaissance définie comme bien commun, l’évaluation par les pairs, la prééminence des publications ouvertes, comme celle de la reconnaissance professionnelle et de l’autonomie scientifique ont constitué depuis trois siècles les traits distinctifs de la science. Cette éthique de l’institution scientifique a fourni la base du contrat social qui s’est établi entre science et société depuis six décennies. Mais alors que nous entrons dans la deuxième décennie du XXIe siècle, l’institution sociale de la science est en pleine transformation. Trois dynamiques sociétales expliquent ce changement : la mondialisation ; l’industrialisation et la post-industrialisation ; le changement climatique. Quels en sont les enjeux ? Jusqu’à quel point cette évolution est-elle significative? Jusqu’où l’institution sociale de la science en est-elle elle-même affectée ? Quelles implications ce processus aura-t-il sur la société contemporaine, et sur celle de demain ? L’essai qui suit tente d’éclairer ces importantes questions. Ce texte a servi de base à la conférence prononcée à l’occasion de la remise du Prix Charles et Monique Morazé 2013 à la revue internationale Science, Technology and Society, publiée par Sage India.

Télécharger sur les Archives ouvertes halshs

Partager
Parution