Sadia Agsous

Lauréate du Programme Atlas
Séjour en Israël du 1er octobre 2019 au 30 décembre 2019

Sadia Agsous est boursière postdoctorale à la Fondation pour la mémoire de la Shoah (France) et au Centre de recherche français à Jérusalem. Ses recherches portent sur la production culturelle des Palestiniens en Israël (littérature, cinéma et médias) dans une perspective transnationale et sur sa rencontre avec la culture israélo-hébraïque. Son projet actuel concerne l'Holocauste dans la littérature arabe et les traducteurs palestiniens et arabes de la littérature hébraïque.

Le projet 

Titre : La Shoah dans la littérature arabe

Mots-clés : Hybridité dans les langues, les cultures et les identités : Arabe - Hébreu - Littératures palestinienne et israélienne - Bilinguisme et translinguisme - Littérature palestinienne en hébreu - Médias palestiniens en Israël - Mizrahim - Traduction hébreu-arabe - littérature comparée - Études du discours des minorités - Etudes de la traduction - Littérature mineure - Post-colonialisme - Géocritiques et géographie littéraire - Génétique des textes - Transferts culturels, Shoah-Nakba dans un roman arabe.

Sélection de publications

  • “L’écriture romanesque extraordinaire en hébreu de Sayed Kashua le Peptimiste”, Tsafon (revue d’études juives du Nord) n° 72 (automne 2016-hiver 2017), 47-61 pp.
  • “L’inquiétante étrangeté et l’effrayante angoisse du traducteur israélien face au roman palestinien ”, TRANS – Revue de littérature générale et comparée L’inquiétante étrangeté, n° 22, 2017.
  • “La dance, la métaphore d’une identité palestinienne minoritaire en Israël”, Revue de littérature comparée, n° 367, 2018.
  • “Hegemonic (Israeli) Time and Minority Space (Palestinian): Sayed Kashua’s Chronotopic Approach in Let It Be Morning, Dibur, editors Gisèle Sapiro, Vered Shemtov, Issue n° 7, Stanford University, Winter 2018.
  • “Jérusalem, un espace et une identité chez deux écrivains palestiniens d’Israël : Ryad Baydas et Sayed Kashua”, ouvrage collectif "Les villes divisées. Récits littéraires et cinématographiques" par Stephanie Schwerter, Véronique Bontemps & Franck Mermier, Septentrion, 2018.
  •  “Palestinian Identity in Hybrid Texts in Hebrew”, Working Paper, Middle East Studies Center, The American University in Cairo, February 2017.
  • Defining Identity in Relation to the ‘Other’ (Palestinians) in Novels Written in Hebrew by Palestinians of Israel”, Proceedings of the Papers Consortium for Asian and African Studies (CAAS) 3rd international conference, Tokyo OFIAS, TUFS, 2012, 61-70 pp.
  • “Traduire la littérature sur la Nakba dans l’espace Israël-Palestine : Anton Shammas et Yehouda Shenhav-Shahrabani”, Revue Cahiers de la Nouvelle Europe, éditée par le Centre Interuniversitaire d’Études Hongroises et Finlandaises (CIEH & CIEFi) de la Sorbonne Nouvelle, Harmattan-Paris, 2016.
  •  « La destruction/reconstruction de la presse écrite palestinienne en Palestine/Israël (fin XIXe siècle-années 1970) » dans L’analyse de la production et de la circulation des biens culturels à partir du cas des pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient ouvrage collectif sous la direction de Dominique Marchietti & Abdelfettah Benchenna, PUR, 2019.
  • ““History, Trauma and Literature, Otherness and the possible world”, Book Forum for The Holocaust and the Nakba: A New Grammar of Trauma and History, edited by Bashir Bashir and Amos Goldberg”, The Journal of Genocide Research, Taylor & Francis, 2019.