Biologies locales et infrastructures chimiques de la santé mondiale

Les produits chimiques jouent un rôle matériel clé dans l’infrastructure de la santé mondiale. Tandis que les modèles de contrôle des maladies utilisés dans les projets de santé mondiale ont tendance à traiter les produits chimiques comme objets stables, je souhaite examiner ce qui pourrait se produire lorsqu’on les envisage comme des choses instables, impliqués dans des interactions fluides. Il existe trois avantages à utiliser un concept de santé comme composée de choses plutôt que d’objets. En premier lieu, ce point de vue déplace les théories du biopouvoir dans la santé mondiale au-delà de l’attention pour les régimes bureaucratiques de la gestion de la vie. En second lieu, cela démontre comment les pratiques de recours au soin démentent des échelles spatiales simplistes. Troisièmement, les produits chimiques révèlent la nature esthétique de la santé.

L'auteur

Alex Nading is an anthropologist of science, medicine, and the environment. He is Assistant Professor at the Department of Anthropology, Franklin & Marshall College (Pennsylvania, USA) and a Fernand Braudel Fellow 2013-2014 at the Collège d’études mondiales - Chair Anthropology and global health. His research and publications examine participatory mosquito control programs for dengue fever prevention in low-income urban Nicaragua; the production and field-testing of genetically sterilized dengue mosquitoes and genetically engineered dengue vaccines; and the social production of the “human microbiome” in greater Managua. 

More information: http://www.alexnading.com/

Le texte

This text was written in the frame of the Chair Anthropology and global health at the Collège d’études mondiales - Fondation Maison des sciences de l’homme, thanks to a Fernand Braudel IFER Fellowship 2013-2014. It constitutes part of the preliminary chapter of Mosquito Trails: Ecology, Health, and the Politics of Entanglement, University of California Press, August 2014.

Partager
Parution