Mars 2012 : Un an après Fukushima, le Japon entre catastrophes et résilience

Le séisme et le tsunami du 11 mars au Japon qui ont causé la mort ou la disparition de plus de 19 000 personnes, ont joué le rôle d’un révélateur d’une vaste crise sociale qui, tel un feu, ne cherchait qu’une bonne occasion de se développer : crise de l’emploi, crise de l’innovation technologique, crise de la compétitivité, crise de la natalité, crise de l’abandon des personnes âgées, crise de confiance à l’égard du monde politique et à l’égard des médias officiels. Pourtant le Japon des grandes entreprises et de la finance, saura-t-il se souvenir de ce qu’il doit au peuple japonais au travail depuis 1945, peuple quasi exemplaire, ou bien, en investissant ailleurs à l’étranger, fera-t-il le choix de l’abandonner à tous les désespoirs et autres démons dont on sait, par le passé, où ils ont mené le Japon. Nous faisons le pari optimiste d’un nouveau « new deal » entre le Japon des classes moyennes et le monde des entrepreneurs.

Partager
Parution