L’écart et l’entre. Ou comment penser l’altérité

Leçon inaugurale de la Chaire sur l’Altérité, Collège d’études mondiales. La Chaire de François Jullien est le fruit d’un partenariat entre la Fondation Maison des sciences de l’homme, PSA Peugeot Citroën et l’Université de Paris Diderot.
 
Dans sa leçon inaugurale, François Jullien dresse un bilan de son chantier engagé entre pensée chinoise et philosophie ; et présente les voies selon lesquelles il aborde la pensée de l’altérité. Partant de l’extériorité de la Chine vis-à-vis de la pensée européenne, il évoque ce qu’a été la « déconstruction du dehors » entamée à partir de ce détour chinois. Rejetant les notions de différence et d’identité culturelles, il leur substitue les concepts d’écart et de fécondité ; à partir de quoi il construit un concept de l’entre, généré par l’écart, et situant le commun de l’humain. Car le commun n’est pas le semblable. Car il convient de refuser à la fois l’universalisme facile et le relativisme paresseux. C’est seulement à partir d’un tel travail que l’on peut concevoir l’« autre » comme catégorie mobile, ni aplatie ni non plus absolutisée, qui soit effectivement promotrice de l’humain comme de la pensée.
Partager
Parution