Editorial de Michel Wieviorka, administrateur de la FMSH

En 2013, la Fondation Maison des sciences de l'homme fêtera ses cinquante ans, et elle le fera en se projetant avec confiance vers l'avenir.

C’est pourquoi j’ai confié à Laurent Lévi-Strauss une double mission : mettre en place en lien étroit avec moi le dispositif de préparation de cet anniversaire, et réfléchir à la création d’une Association des Amis de la FMSH. Il y a cinquante ans, les chercheurs, bien moins nombreux qu'aujourd'hui, s'efforçaient constamment d’articuler des préoccupations générales, éventuellement à forte portée historique et politique, et la production de connaissances nécessairement limitées, car portant sur des objets, des parties du monde ou des domaines plus ou moins précis. Dans les années 80 et 90, ils se sont trop souvent éloignés des grands systèmes théoriques, au point parfois de considérer qu'y compris dans la recherche, "small is beautiful", ou de n’étudier que des interactions envisagées en dehors de toute référence à l'histoire ou aux grandes transformations de leur société, ou du monde.

En ce qui la concerne, la FMSH n’a jamais failli à ses missions d’incubation innovante, elle a toujours favorisé la circulation mondiale des chercheurs et des idées,  et de toute façon, nous n'en sommes plus là. La recherche actuelle témoigne d'un désir croissant de renouer avec la capacité de monter en généralité. Elle invente des paradigmes, préfère « penser global » et cesser d'accorder au cadre de l'Etat-nation une sorte de monopole épistémologique. Elle envisage de nouveaux objets, renouvelle l'approche d'autres problématiques, plus traditionnelles. Elle accompagne les mutations contemporaines, la fragmentation culturelle, la poussée de l'individualisme, l'exacerbation des subjectivités, mais aussi les processus de dé-subjectivation, l'accroissement des inégalités, le déclin mais aussi l'émergence de normes et d'institutions, l’apparition de nouveaux acteurs mondiaux, étatiques ou non étatiques, y compris dans le champ du savoir. Elle est de plus en plus nettement internationale et multidisciplinaire. La FMSH dès sa naissance a été à la pointe de logiques d’ouverture intellectuelle au monde et à la pluridisciplinarité : elle est bien décidée à le rester.

Michel Wieviorka Administrateur de la Fondation Maison des sciences de l'homme

Partager
Edito