Approches transnationales des sociétés romani : l’atelier des sources

L’objectif du séminaire est de questionner les implications théoriques liées à la notion de transnationalité appliquée à la circulation ancienne et contemporaine de populations dites Tsiganes et Roms en Europe et au-delà. La forte résonnance historique des modalités actuelles de circulation sera questionnée à partir d’une approche pluridisciplinaire qui permettra de rejoindre, sans les confondre, les interrogations des historiens, sociologues, juristes et anthropologues. Au-delà d’une vision linéaire des parcours de migrations, l’observation des sociétés romani engage une remise en cause radicale des notions de mobilité et d’itinérance et, de ce fait, questionne les concepts de transnationalité et de diaspora. On affrontera en particulier la relation entre les modalités historiques du déplacement dans les mondes modernes et contemporains et les formes prises par l’ancrage territorial des communautés. En mettant l’accent sur des questions méthodologiques et sur une analyse théorique des systèmes de circulation, ce séminaire vise à constituer une approche polycentrique des régimes migratoires et des effets induits par les impératifs de l’appartenance nationale. Les séances du séminaire reposent sur la présentation de dossiers documentaires originaux, historiques ou contemporains, qui font l’objet d’une contextualisation et d’une analyse croisée.

Le séminaire a lieu tous les 1er et 3e vendredis du mois de 13 h à 16 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

Equipe

Ilsen About, Post-doctorant, Centre Georg Simmel, EHESS.
Grégoire Cousin, Post-doctorant, Fondation Maison des Sciences de l’Homme.
Adèle Sutre, Doctorante contractuelle, Centre de recherches historiques, EHESS