Démocratie, citoyenneté et diversité culturelle dans la mondialisation

Etat démocratique, droits et intégration dans la société hétérogène

Groupe de recherche dans le cadre du programme Amériques de la FMSH, avec l’Université de Buenos Aires, l’EHESS et l’Université Paris VIII.

L’objet d’étude porté par le groupe de recherche s’intègre dans le champ problématique émergeant autour de la question de la diversité et de l’importance acquise par ce terme, au cours des dernières décennies, en ce qui concerne les questions de  la vie collective nationale et internationale

En effet, il renvoie tant à l’expérience subjective de secteurs sociaux cherchant la reconnaissance de leur identité singulières, qu’à l’éclairage, sous un jour nouveau, des effets ambivalents de la mondialisation, qui, d’une part, imposent l’homogénéisation de la culture de masses, et de l’autre tendent à la fragmentation des différences. La force de ce terme vient de ce qu’il condense divers mouvements ayant en commun le refus d’un système unique de valeurs et de modes de vie (M. Wiewiorka) tel qu’on peut l’observer dans les demandes de droits des minorités ethniques, sexuelles, religieuses, ainsi que les luttes contre la discrimination, ou contre l’illégalisation des migrations, entre autres. Le passage d’une définition strictement culturelle à une dimension juridique et politique révèle les tensions propres au monde contemporain et les logiques contradictoires qui traversent le monde globalisé.

On sait que la diversité est propre à l’être humain et non un fait récent, pas plus qu’une invention de la démocratie. Cependant, son apparition dans le monde actuel et sa diffusion dans le discours politique, médiatique, culturel, le constitue comme un « mot-moment » (M. Gauchet) dans le discours des sciences sociales. Ainsi, la diversité reconfigure le champ du visible et nous permet de repérer les failles du régime démocratique et le double jeu d’exclusion/inclusion dans les pratiques politiques, culturelles et sociales. Cela permet de distinguer les limites de l’Etat en tant qu’institution garante des pratiques démocratiques, ainsi que la redéfinition de la citoyenneté politique, déterminée par sa proximité avec la nationalité.

Catégorie-événement, la diversité culturelle est donc à interroger à travers la description de ce qu’elle nomme comme situation à analyser et comme problème à résoudre ; non comme hochet idéologique à usage gestionnaires des « ressources humaines », mais dans le cadre d’une théorie philosophique de l’inachèvement et de l’indéfinition de l´humain, sous condition d’une définition de la démocratie possible ou à venir (J. Derrida, J. Rancière, E. Balibar). Cette réflexion philosophico-politique a pour base matérielle les changements de la réalité politique expérimentés par nombreuses sociétés latino-américaines, en particulier dans le Cône-Sud. 

Objectifs

On se propose d’interroger le modèle de la démocratie représentative à la lumière des débats et des transformations suscités par les manifestations de la diversité dans l’horizon d’une démocratie à-venir, qui préserve sa dimension d’émancipation.

On analysera la tension entre d’une part, les demandes sociales d’intégration et de reconnaissance des droits à la diversité et, de l’autre,  les actions de discrimination et d’exclusion qui furent propres à l’institution de l’Etat dans les pays latino-américains au passé colonial.
On cherchera à décrire et comprendre les tensions entre les formes traditionnelles de la démocratie libérale, et les formes alternatives de participation qui sont l’expression de la diversité (mouvements de minorités, associations, délégations, quotas, leaders).

Enfin, il s’agit de réfléchir à l’impact des pratiques citoyennes non-conventionnelles sur une pensée philosophique du politique qui soit critique des modèles démocratiques existants.

Groupes  de recherches associés

Area de Epistemología y Filosofías de la Acción, Instituto Gino Germani, UBA
Projet de recherche UBACyT 2014-2017, « Cartografías de la ciudadanía contemporánea ».
Projet de recherche UBACyT 2011-2014, « Democracia y diversidad en Argentina ».

Groupe de recherche CLACSO
Filosofía Política
Coordinadores: Eduardo Rueda y Susana Villavicencio
Instituto de Estudios Sociales y Culturales, Pontificia Universidad Javeriana (PENSAR/PUJ), Colombia e Instituto de Investigaciones Gino Germani, Universidad de Buenos Aires (IIGG/UBA), Argentina

Groupe de recherche Les aventures de la philosophie française en Amérique Latine
FMSH/Université Paris VIII/Université de Saint Etienne

Equipe

Coordination
Susana Villavicencio, IIGG-UBA
Valentine de Boisriou, IIGG-UBA

Responsable Programme Amériques
Nelson Vallejo-Gomez

Groupe de Recherche
Susana Villavicencio, Instituto Gino Germani, UBA
Senda Sferco, CONICET/ Instituto Gino Germani, UBA
Paola Rodríguez, Becaria CONICET/ Instituto Gino Germani, UBA
Gabriela Rodriguez, CONICET/ Facultad de Ciencias Sociales, UBA
Guadalupe Deza, Becaria CONICET/ Instituto Gino Germani, UBA
Angélica Montes, Chercheure associé LLCP, Département de Philosophie, Université de Paris 8
Valentine De Boisriou, Becaria CONICET/ Instituto Gino Germani, UBA.
Pamela Morales, Facultad de Ciencias Sociales, UBA
Gabriela Chiriboga Herrera, SEMPLADES, Ecuador.

Chercheurs associés

Patrick Vauday, Directeur du LLPC, Département de Philosophie, Université de Paris 8
Marie Cuillerai, Département  de Philosophie, Université de Paris 8.
Andrea Benvenuto, EHESS et Université Paris 8
Delfín Grueso, Universidad del Valle, Colombia
Cecilia Sánchez, Universidad del Humanismo Cristiano et Universidad de Chile
Alejandra Castillo, Universidad Arcis, Chile.