05 décembre 2017

Enjeux sociotechniques du déploiement des énergies renouvelables en mer

Recomposer la mer pour devenir offshore

Séminaire du GRETS avec Olivier Labussière (PACTE-CNRS) et Alain Nadaï (CIRED-CNRS)

La séance sera introduite par  Claire LE RENARD (EDF R&D)

Dans de récentes séances, le séminaire du GRETS s’est attaché à analyser les nouvelles tensions autour des enjeux d’environnement et d’aménagement. Le déploiement des équipements de la transition énergétique, et en particulier des énergies renouvelables, suscite lui aussi de nombreuses controverses.

Le développement des énergies marines renouvelables (EMR), et surtout le fort potentiel qui leur est conféré dans les scénarios de transition énergétique, supposent un investissement de l’espace maritime et côtier à grande échelle. Les premiers développements, pensés comme des prototypes d’innovation technologique, constituent aussi des lieux d’expérimentation de modalités des nouvelles politiques publiques d’aménagement des milieux marins concernés.

La présentation s’intéressera au destin contrarié du premier projet éolien en mer en France (Veulettes-sur-Mer, Seine-Maritime), dont l’État et les industriels attendaient une procédure reproductible pour l’éolien en mer.

L’analyse suit, au moyen de la sociologie des sciences et techniques et de notions de philosophie des techniques, les enjeux relatifs au développement de ce projet (implantation des éoliennes, connexion au réseau électrique). Elle décrit, au travers des péripéties du projet de Veulettes-sur-Mer, une forte dépendance de la technologie à ses modes d’assemblages (terrestres) passés, tout en attestant des voies multiples et détournées par lesquelles le projet contribue à réorienter la politique éolienne et sa manière de composer le milieu offshore. 

Ce constat appelle à une attention redoublée aux multiples ramifications qui associent la technologie à son milieu (social, institutionnel, biologique), alors que la voie d’une planification stratégique de l’espace marin, en débat au moment de l'émergence du projet de Veulettes-sur-Mer s'est ouverte en France.

La discussion pourra aborder un questionnement d'ensemble de cette problématisation, en s’appuyant, au-delà de ce cas d’étude, sur une recherche exploratoire (le développement de l'énergie hydrolienne en Baie de Fundy) menée par les auteurs.


Références

  • Nadaï A. & Labussière O. (2017). Landscape commons, following wind power fault lines. The case of Seine-et-Marne (France). Energy Policy, 109, 807-816. Landscape commons, following wind power fault lines
  • Nadaï A. & Labussière O. (2017). Exhaustible-renewable windpower in The Routledge Research Companion to Energy Geographies
  • Labussière O. & Nadaï A. (2017). Spatialities of the energy transition: Intensive sites making earth matter?. Energy Research & Social Science, 2017, 〈10.1016/j.erss.2017.11.006〉
  • Labussière O. & Nadaï A. (2015). L'énergie des sciences sociales. Paris: Alliance Athéna. (lire)
  • Nadaï A. & Labussière O. (2014). Recomposer la mer pour devenir offshore: le projet éolien de Veulettes-sur-Mer. Natures Sciences Sociétés, 22(3), 204-218.

Détails

Mardi 5 décembre 2017

9h30-12h30

Maison Suger

16-18 rue Suger, Paris 6ème

Entrée libre

Ajouter à mon agenda

Télécharger le programme des séminaires de l'année 2017-2018

Pour plus de renseignements :
Sylvie LAGAUCHE-MALVOISIN (Sylvie.lagauche-malvoisin@edf.fr)

Partager
Séminaire

Voir aussi