16 mars 2021

Peut-on professionnaliser la relation aux parties prenantes ?

Séminaire du GRETS - Mardi 16 mars

Intervention de Arthur Jobert – EDF R&D. La séance sera introduite par Mathieu Brugidou - EDF R&D / PACTE (CNRS, Université Grenoble Alpes, Sciences Po Grenoble)

 Inscription obligatoire

Merci de bien vouloir vous inscrire pour bénéficier du lien de connexion à distance.
Attention ! Le lien ne fonctionne pas avec certains navigateurs web. Il fonctionne avec Mozilla Firefox.

Depuis plusieurs décennies, la conflictualité locale autour des projets industriels ou d’aménagement constitue un phénomène diffus et structurel. En écho à ce phénomène de nombreuses expériences et recherches sur la participation du public et la concertation se sont développées notamment depuis une vingtaine d’années.

Dans cette séance du séminaire, Arthur Jobert s’appuie sur les résultats d’une thèse soutenue en 2020, intitulée « Le sens territorial - Acceptabilité et dynamiques de professionnalisation de la relation aux parties prenantes à EDF», pour  montrer que cette question de la concertation constitue une partie des réponses organisationnelles à un contexte durable de forte sensibilité locale aux enjeux d’aménagement et d’environnement. Selon lui, la diffusion de la notion, controversée « d’acceptabilité » est l’indice d’apprentissages organisationnels visant à anticiper des enjeux locaux. Progressivement, les institutions et les entreprises développent des réponses organisationnelles impliquant des formes de spécialisation. Cette situation pose la question classique de la professionnalisation des acteurs de l’organisation engagés dans des tentatives de contrôle de l’environnement (les « parties prenantes ») et de l’institutionnalisation de ces réponses. L’apprentissage organisationnel peut ainsi se traduire par l’émergence d’un groupe professionnel autour de fonctions nouvelles. C’est d’ailleurs le constat que font de nombreuses recherches récentes sur l’émergence des « professionnels de la participation » (Nonjon, Mazeaud, 2018 ; Bherer, Gauthier, Simard, 2017).

Cependant l’appel à ces nouveaux professionnels de la participation n’est qu’un des choix possibles en termes de réponses organisationnelles. C’est ce qui ressort de l’enquête  à partir de la position de « sociologue intégré » (appartenant à l’organisation étudiée) qu’il a mené auprès de cadres, managers et experts du Groupe EDF, principalement dans les filières de production.  Au travers d’un  travail de mise en perspective historique, cette enquête  permet d’identifier, un modèle d’action récurrent de l’entreprise, sa « compétence distincte », dans ses relations avec le local. Alors que le contexte évolue, notamment avec la libéralisation du marché de l’énergie, l’enjeu pour les interviewés est de réactualiser ce modèle d’action en repensant leurs pratiques et les justifications de ces pratiques. Ce nouveau « vocabulaire des motifs » les amène à se positionner par rapport à d’autres professionnels, voire à s’opposer à eux, au nom d’un « sens territorial ». Cependant, ils se refusent à une professionnalisation explicite de leurs activités. La notion de dynamique de professionnalisation permet alors de rendre compte d’un cas de figure, peut-être amené à se diffuser au sein des grandes organisations, où un processus de professionnalisation ne débouche pas sur la constitution d’un groupe professionnel se revendiquant comme tel.

Références

  • Jobert  A. Le sens territorial – Acceptabilité et dynamiques de professionnalisation de la relation aux parties prenantes à Electricité de France. , Thèse de sociologie de l’Université Paris-Est sous la direction de V. Spenleheauer (ENPC/LISIS) soutenue le 7 février 2020.
  • Jobert, A. (2017). « NIMBY » In Pasquier, R., Aubelle, V., Kada, N. & Courtecuisse C. (Eds.). Dictionnaire encyclopédique de la décentralisation. Paris : Editions Berger-Levrault, 725-728.
  • Jobert, A. & Cihuelo J. (2015). « Energie et situations d’interface », In Cihuelo J., Jobert A. & Grandclément C. (coordinateurs) (2015), Energie et transformations sociales. Enquêtes sur les interfaces énergétiques, Paris : Lavoisier, 217-236.
  • Jobert, A., Laborgne, P. & Mimler, S. (2007). « Local Acceptance of Wind Energy. Factors of success identified in French and German case studies ». Energy Policy, Vol. 35 -5, 2751-2760.

Détails

Séminaire

Mardi 16 mars 2021
9h30-12h30

Maison Suger | 16-18 rue Suger,
Paris 6

Inscription

Ajouter à mon agenda

 


En savoir +

 
Partager