12 janvier 2021
Relation à soi et gestion des émotions : le cas de l’angoisse chez les alter-activistes

Séminaire | Mardi 12 janvier

Intervention de Jean Le Goff (Université de Paris 7) dans le séminaire Alter-activisme et subjectivation dans les mouvements contemporains organisé par Geoffrey Pleyers et Eleonora Garzia.

Cette intervention sera précédée d'une introduction au séminaire par Geoffrey Pleyers (FNRS-UCLouvain & Collège d’Etudes Mondiales, FMSH).

Détails

Séminaire en ligne

Mardi 12 janvier 2021
18h - 19h30

Inscription par mail à Geoffrey.Pleyers@uclouvain.be ou nora91@gmail.com

Ajouter à mon agenda

 

Le séminaire Alter-activisme et subjectivation dans les mouvements contemporains est consacré à la manière dont la culture alter-activiste (formes individualisées mais solidaires d’engagement) est mise en œuvre par une nouvelle génération de militants dans différents mouvements (révoltes citoyennes, justice sociale et climatique, mouvements féministes, antiracisme…). 

La culture militante « alter-activiste » a été mise en œuvre par de nombreux acteurs de l'altermondialisme, des nouveaux mouvements environnementaux et de la vague mondiale de mouvements qui a émergé sur tous les continents depuis 2011. Cette culture place l'expérience vécue et l'éthique au cœur de l'activisme. Pour les alter-activistes, il ne s'agit pas seulement de changer la société, mais de se construire soi-même comme une personne qui change la société, de changer à la fois la vie et le monde. La relation à soi est centrale dans cette forme d'engagement, aux côtés d’un sens de la responsabilité personnelle et d’une quête de cohérence entre les pratiques et les valeurs défendues. 

Ce séminaire réunira une quinzaine de sociologues de différents pays. Ensemble, ils proposent une perspective analytique centrée sur le rapport à soi, aux autres et au monde qui permet de mieux comprendre un activisme à la fois personnel, collectif et politique dans des mouvements tels que la justice climatique (en particulier le cas d’Alternatiba), les ZAD et les espaces occupés, le renouveau du féminisme (étudié en Espagne et au Chili), les révoltes populaires de 2019 (au Liban, au Chili et dans une perspective globale), les mouvements pour la paix au Mexique. 

Chaque contribution approfondi une dimension de ces formes d’engagement que nous appelons « alter-activistes » : les dimensions expressives et l’usage de l’art ; la combinaison de la résistance et des alternatives concrètes sur les espaces/territoires occupés ; la gestion de l’angoisse qui découle du sens de la responsabilité personnelle face aux problèmes globaux ; les initiatives d’un retour partiel à la politique électorale/institutionnelle de certains de ces acteurs face aux limites des mouvements culturels, … 

Partager
Séminaire

Voir aussi