Démocratie et économie plurielles

Penser l’imbrication entre histoire des idées et pratiques sociales, pour mieux comprendre les différentes théories contemporaines et le choix de l’économie sociale et solidaire

Au XXe siècle, les débats politiques et économiques ont été focalisés sur l’opposition ou la complémentarité entre marché et État. Ce dualisme réducteur s’est doublé d’une focalisation sur les sciences sociales occidentales fortement marquées par une invalidation des savoirs d’action et d’expérience.

L’ampleur des défis qui se posent au début du XXIe siècle amène à déborder ces cadres de pensée hérités.

  • Les corrections apportées au capitalisme marchand par les Etats sociaux redistributifs ne suffisent plus à endiguer la montée des inégalités. Les mécanismes de démocratie représentative sur lesquels ils sont fondés ne peuvent rester légitimes que s’ils sont articulés à des formes de démocratie plus participative et délibérative.
  • L’entreprise privée lucrative et le service public ne sont plus les seuls pourvoyeurs d’activités et d’emplois puisque dans tous les continents une autre composante connaît un essor inédit. Si son volume et sa dynamique l’ont désormais sortie de sa marginalité, elle reste encore mal identifiée comme en atteste le fait qu’elle est appréhendée sous diverses appellations : associations non lucratives, tiers secteur, économie sociale, économie solidaire.

L’initiative de recherche a pour caractéristiques de :

  • Dépasser la spécialisation disciplinaire dans les sciences sociales en étudiant ensemble la dimension économique des mouvements sociaux et la dimension politique des économies alternatives.
  • Mettre au point des dispositifs de production de connaissances qui incluent les interactions entre savoirs théoriques et pratiques.
  • Tenir compte de la diversité des réalités dans un monde global pour aller au-delà de la comparaison internationale et élaborer des théorisations originales à partir d’un dialogue Nord-Sud.
  • Envisager conjointement les initiatives citoyennes et les politiques publiques afin de concevoir de nouvelles matrices d’action publique qui soient débattues entre acteurs, élus et chercheurs.

Programme au 31 janvier 2017

1. Société civile, action publique et innovation sociale

  • Séminaire Économie sociale et solidaire / travail social - De nouvelles convergences?
  • Recherche sur les innovations sociales (Ville de Paris)
  • Séminaire avec les élus en discussion avec le Réseau des collectivités territoriales pour une économie solidaire (RTES) et Caisse des dépôts et consignations (CDC).

2. Repenser l'émancipation:

3. Solidarity Economy Reciprocity and Social Innovation

  • Plateforme SERESI
  • Institutionnalisation de l'ESS
  • First European Summer School on Solidarity Economy (Université de Coimbra - Centro de estudos sociais)

4. Economie solidaire et mouvements sociaux

  • Finalisation d'un ouvrage collectif basé sur un dialogue Nord -Sud
  • Séminaire économie solidaire, associations et mouvements sociaux
  • Forum citoyen culture communs et solidarité

 

Publications

Quel monde associatif demain? Mouvements citoyens et démocratie

Cet ouvrage issu d’une recherche participative croisant les réflexions entre chercheurs et acteurs associatifs de divers secteurs (culture, défense des droits, éducation populaire, social…) propose un ensemble d’analyses originales pour penser l’avenir du monde associatif.

Deux scénarios contrastés sont ainsi envisagés. L’un pointe les limites qui entravent son action ou peuvent l’affaiblir (la néo-philanthropie, la marchandisation, la managérialisation…). Le second relève les dynamiques à approfondir ou à mettre en œuvre pour affirmer le potentiel transformateur des associations (travail sur leur fonctionnement interne, synergies au sein de l’économie sociale et solidaire, approches par le commun, co-construction de l’action publique…).

Ici, nulle naïveté ou idéalisation des associations mais le constat de l’importance des mouvements citoyens pour éviter l’isolement et le désarroi qui font le lit de l’autoritarisme et menacent la démocratie. La défense de celle-ci passe en effet par la multiplication des espaces de délibération et d’action. Cet ouvrage se veut avant tout un outil à mobiliser pour alimenter les débats en leur sein.

Patricia Coler est coprésidente du Mouvement pour l’économie solidaire (Mes), déléguée générale de l’Ufisc (union fédérale d’intervention des structures culturelles). Marie-Catherine Henry est coordinatrice du programme de recherche Démocratie et économie plurielles - Collège d’études mondiales, Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), directrice de Cose Comune. Jean-Louis Laville, est professeur du Cnam, titulaire de la chaire Économie solidaire, chercheur au Lise-Cnam (CNRS) et responsable du programme de recherche Démocratie et économie plurielles (FMSH). Gilles Rouby est président du collectif des associations citoyennes (CAC), ancien président de la fédération française des MJC.

Partager
Partager

Responsables

Focus

Repenser l'émancipation III

Séminaire co-organisé par le Collectif Critique et le programme...
Le séminaire Repenser l'émancipation pour sa 3e année continue à s’intéresser à l'actualité de la pensée critique. En prolongement de ce qui a été fait les années précédentes, différents auteurs seront revus et mis à l’épreuve pour interroger à la fois leurs silences et...

Pour une socioéconomie globale

Séminaire 2019 de l'initiative de recherche Démocratie et...
Ce séminaire se trouve au croisement de deux tendances actuelles. La première est le développement d’une socioéconomie qui relie analyse économique et autres sciences sociales pour renouer avec une préoccupation originelle de la sociologie, le rapport entre économie et société....