22 mai 2012

La gestion des situations de dispersion au travail

Séminaire du Grets

Avec Caroline Datchary, Maîtresse de Conférences à l’université de Toulouse 2, Membre du LISST-CERS (CNRS), la séance sera introduite par Jérôme Cihuelo (EDF R&D)

S’interrompre dans une activité pour répondre à un appel téléphonique, s’engager simultanément dans plusieurs projets, improviser en situation une réponse face à un problème qui vient de survenir, arbitrer entre des mots d’ordre contradictoires, concilier relations professionnelles et personnelles, sont autant de situations auxquelles un travailleur est aujourd’hui fréquemment confronté. Appelés à être à la fois mobilisés et autonomes, les salariés se trouvent ainsi confrontés au quotidien à ce que l’on peut qualifier de « dispersion ». Gérer celle-ci s’apparente à une véritable compétence, qui n’est cependant pas encore reconnue comme telle. L’analyse qui sera présentée lors du séminaire repose sur un dispositif méthodologique original basé sur l’ethnographie comparative. Pour donner à voir une certaine diversité, des situations de travail contrastées ont été choisies (chacune faisant l’objet de deux terrains) : traders en salle des marchés, salariés dans des agences d’événementiel, conducteurs de travaux dans l’assainissement, managers en centre de recherche. Chacun de ces huit terrains a fait l’objet d’une période d’observation en continu allant de quinze jours à trois mois, complétée par des entretiens compréhensifs, voire de l’enregistrement vidéo dans le cas des managers. Ce socle empirique permet de montrer certaines conséquences des nouveaux modes de travail. Les temporalités courtes de la coordination marchande mettent en effet à mal les organisations du travail traditionnelles fondées sur la planification centralisée. Ces phénomènes de fragmentation, de démultiplication et de mise en parallèle se déploient davantage encore au niveau du travailleur que de l’organisation. En effet, dans ses versions les plus prescriptives, la planification a connu un certain recul au profit de davantage de flexibilité et de réactivité. Les nouveaux compromis qui en découlent ne sont pas gérés à un niveau centralisé mais laissés à la charge des salariés et des équipes de travail qui se retrouvent donc confrontés à ces nouvelles temporalités. Ces transformations dans l’organisation du travail sont confortées par des changements liés aux modalités de mobilisation de la main d’oeuvre (citons par exemple le mode de management par projet, ou encore la mobilisation de la subjectivité des travailleurs, etc.) mais aussi à l’équipement des relations (avec le développement massif de l’usage des technologies de l’information et de la communication, les manières de rentrer en contact avec autrui se multiplient, tout comme les différents systèmes de messagerie).

Selon Caroline Datchary, si la confrontation à ces situations de travail requiert, et permet de développer, des compétences spécifiques, elle expose également à des charges accrues. Aussi, la reconnaissance des compétences et des charges associées à la gestion de la dispersion est d’autant plus importante à mettre en oeuvre, qu’elle contribue directement à diminuer certaines souffrances psychiques liées à leur invisibilité relative : en effet, les salariés se trouvent fréquemment en porte-à-faux entre leurs pratiques et la représentation qu’ils ont de leur mission. En définitive, donner plus de visibilité aux situations de dispersion et aux charges qui y sont associées est donc nécessaire pour asseoir une représentation plus réaliste et, au final, plus légitime des situations de travail.

Caroline Datchary est sociologue, maîtresse de conférences à l’Université de Toulouse et membre du LISST-Cers (UMR CNRS 5193). Elle conduit des recherches sur la dispersion menées à partir d’enquêtes ethnographiques depuis 2001. Elle coordonne également depuis 2008 une équipe de chercheurs dans le cadre d’un projet ANR sur la multi-activité. Elle anime en outre un axe de recherche dans le LabEx SMS (« Structuration des mondes sociaux »). En 2011, elle a publié La dispersion au travail aux Éditions Octarès (Toulouse).


Détails

Lieu : La Maison Suger
Ajouter à mon agenda

Partager

Mots-clés

Séminaire

Voir aussi