24 juillet 2019

Disparition forcée au Mexique

Rencontre | Mercredi 24 juillet

A l’occasion de la venue à Paris de Mario Vergara, l’un des principaux chercheurs de fosses clandestines au Mexique, l’ANR SoV – Sortir de la violence et la Chaire Destins mondiaux de l’Amérique latine (FMSH) se joignent au Collectif Paris-Ayotzinapa, à la Coordination des collectifs de lutte en lien avec l’Amérique Latine à Paris, ainsi qu’à Amnesty International et au CCFD-Terre Solidaire, pour organiser une rencontre avec lui le 24 juillet prochain au CICP (21 ter, rue Voltaire 75 011 Paris).

Détails

Rencontre

Mercredi 24 juillet 2019
18h

CICP (Centre International de Culture Populaire)
21 ter, rue Voltaire
75011 Paris

Projection du court-métrage “Buscadores”, réalisé par Consuelo Pagaza et Promoteo Lucero, produit par Pie de Pagina.
Projection de quelques extraits du film de Ludovic Bonleux “Guerrero”, sorti en 2019.
A la suite des projections, échanges avec Mario Vergara.

Ajouter à mon agenda
Mario Vergara est à la recherche de son frère Tommy disparu en juillet 2012. Il est, depuis la disparition des 43 étudiants
d’Ayotzinapa, un pilier dans le mouvement des familles de disparus au Mexique, en raison de son engagement aux côtés des collectifs de familles de Huitzuco et Iguala (État de Guerrero) pour chercher des fosses clandestines dans la région, et pour sa participation aux 4 Brigades Nationales de recherche organisées dans les États de Veracruz, Sinaloa et Guerrero entre les mois d’avril 2016 et février 2019. Il fait aujourd’hui partie du Collectif “Los Otros Buscadores: buscando vida entre los muertos” d’Iguala.

Mario Vergara a reçu plusieurs fois des menaces, qui se sont intensifiées récemment. Il se définit comme “chercheur d’os” et il est devenu malgré lui un infatigable découvreur de fosses clandestines. Comme beaucoup d’autres membres des familles des plus de 40 000 disparus du Mexique, il a dû s’initier par lui même aux techniques d’exhumation des restes humains en raison de l’inefficacité des gouvernements qui se sont succédé à la tête du pays. Il est regrettable que la mémoire soit vive uniquement par les chiffres, mais ce sont les familles, et non l’État, qui ont retrouvé plus de 200 corps dans les environs d’Iguala, où les 43 étudiants d’Ayotzinapa ont disparu dans des conditions obscures en 2014.

Partager

Mots-clés

Projection

Sov – Sortir de la violence 

L’ANR « Sov – Sortir de la violence » part de travaux sur la radicalisation pour aboutir à l’analyse de la sortie et de la prévention de la violence. Ce projet vise à comparer de manière transversale et multidimensionnelle des expériences de violence extrême et de sortie de violence situées dans des aires géographiques différentes, afin de livrer des clés de compréhension aux phénomènes contemporains, en combinant des apports pluridisciplinaires (sociologie, science politique, anthropologie, droit) et en dépassant le « nationalisme méthodologique » et les cloisonnements théoriques et géographiques trop souvent reproduits. 

La perspective comparatiste et la méthodologie originale permettront de croiser les terrains (Amérique latine, Afrique, Europe, Proche et Moyen-Orient), les niveaux d’analyse (du local au global), de décloisonner les aires géographiques et d’étudier les processus de subjectivation et de désubjectivation des acteurs.

L’objectif final est d’approfondir les motifs de la mobilisation radicale et violente et de contribuer à l’apport de connaissances transversales, en confrontant plusieurs contextes d’affrontements armés, afin d’apporter des éclairages utiles aux acteurs et décideurs politiques et aux analystes. 

Axes de recherche

Quatre axes transversaux seront privilégiés, grâce aux travaux menés sous la direction d’une dizaine de chercheurs confirmés :

De l’expérience subjective à l’engagement collectif
Sous la responsabilité de Jérôme Ferret et Michel Wieviorka

De la radicalisation au passage à l’acte
Sous la responsabilité de Jean-Pierre Dozon et Sabrina Melenotte

Comment sortir de la violence (ou ne pas y entrer)?
Sous la responsabilité d’Yvon Le Bot et Laetitia Bucaille

Justice, injustice et émotions politiques
Sous la responsabilité de Pénélope Larzillière et Jacobo Grajales

 

Carnet de recherche

SoV - Sortie de la violence

 

Partenaire

MSHS – Toulouse via la  Plateforme Radicalités et régulations

 

Carnet de recherche : 
Image principale : 
Sous-titre : 

Analyser la sortie et la prévention de la violence

Responsables : 
Rubrique (Parent) : 
Recherche
Programmes : 
Plateforme Violence et sortie de la violence
Site Type : 
Pôles : 
Imported : 
Focus : 
Plateforme Violence
Projet Terminé : 
Type de contenu : 
nouveau contenu
Language : 
fr
Type de programme : 
Projet de recherche

Voir aussi