État d’urgence, montée des extrêmes, islamophobie… l’Open Society Foundations commande une recherche à la FMSH

Quel est l‘impact social et politique des attaques terroristes sur la société française ?

L’Open Society Foundations, créée par Georges Soros, a confié à la Fondation Maison des sciences de l’homme la réalisation d’une étude sur les conséquences des récentes attaques terroristes.

Comme nombre d’acteurs politiques et sociaux, l’Open Society Foundation s’interroge sur l’impact social et politique des attaques qui ont meurtri la France en 2015 et 2016.

Comment le terrorisme modifie-t-il l’action publique et l’État, comment distord-il les rapports sociaux entre les groupes et entre les individus ? Les attentats ont-ils conduit à l’adoption de politiques « liberticides » et à leur acceptation par les populations ? Dans quelle mesure les processus de désignation des coupables, d’identification de l’ennemi ou encore la mise en œuvre de l’état d’urgence influencent-ils l’opinion publique ? Comment de tels événements peuvent-ils renforcer l’islamophobie, l’antisémitisme et le choix politique de l’extrême-droite et dans le même temps contribuer à l’émergence de nouvelles formes de solidarité ?

Il est clair que le terrorisme produit des effets sur les sociétés touchées, mais lesquels exactement ? Il reste difficile d’en déterminer le périmètre d’impact et les leviers d’action.  En articulant une enquête de terrain et une mise en perspective théorique, la recherche menée par la Fondation Maison des sciences de l’homme entend répondre à ces questions.

Rédigé en français et en anglais, le rapport contiendra des recommandations à l’adresse des décideurs politiques, des ONG et des responsables de la société civile.

Le projet s’étendra sur 18 mois et sera co-dirigé par Michel Wieviorka, président de la FMSH, Farhad Khosrokhavar, responsable de l’Observatoire des radicalisations, et Sylvain Antichan, chercheur post-doctorant, en charge des enquêtes.

Le projet s'inscrit dans la Plateforme Violence et sortie de la violence qui accueille des projets français et internationaux de recherche et de dissémination, tels que le Panel international sur la sortie de la violence et l'ANR Sortir de la violence.

 

Partager
Communiqué