02 mai 2017

L’expérimentation sociotechnique fondée sur les sciences comportementales

L’exemple des démonstrateurs énergétiques au Japon

Séminaire du GRETS avec Benoît Granier, Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche à Sciences Po Lyon _ Doctorant en science politique (Université de Lyon / Institut d’Asie Orientale).

La séance sera introduite par Mathieu Brugidou, chercheur senior EDF R&D.

Depuis une dizaine d’années, les démonstrateurs de réseaux électriques « intelligents » ou smart grids se multiplient dans la plupart des pays de l’OCDE. Ces expérimentations ont une dimension aussi bien technique que sociale, puisque l’un de leurs objectifs est d’examiner la réaction des ménages à l’introduction de compteurs communicants, de dispositifs de visualisation de la consommation d’énergie, de systèmes de tarification dynamique, de conseils pour économiser l’énergie, etc. De telles expérimentations foisonnent également au Japon, où l’État a financé quatre démonstrateurs de « Smart Communities » entre 2010 et 2015, dans lesquels les réactions et les comportements de plus de 5 000 foyers ont été analysés. Depuis 2015, les ministères en charge de l’énergie et de l’environnement testent également les Home Energy Reports de la firme étasunienne Opower, auprès de plusieurs dizaines de milliers de ménages. La présentation propose une analyse des instruments mobilisés par les acteurs publics et privés chargés de l’élaboration et/ou de la conduite de ces démonstrateurs dans le contexte japonais. 
Sur quels champs des sciences humaines et sociales ces dispositifs s’appuient-ils ? Sur quelle(s) conception(s) de l’individu et de son comportement reposent-ils ? Dans quelle mesure atteignentils les objectifs fixés en matière de réduction et/ou de report de la consommation d’énergie, et de diminution des émissions de gaz à effet-de-serre ? Nous verrons que la plupart des dispositifs de changement des comportements se fondent principalement sur les sciences comportementales, à savoir la psychologie sociale et l’économie comportementale.

Benoit Granier est doctorant en science politique à l’Université de Lyon et mène ses recherches au sein de l’Institut d’Asie Orientale (UMR 5062). Ses travaux portent sur les dispositifs de participation citoyenne et de changement des comportements dans les politiques énergétiques et climatiques, et sur leur circulation entre les États-Unis, l’Europe et le Japon. 


Références

Granier Benoit, 2017. « Why do energy conservation policies mobilise the behavioural sciences rather than the social sciences? A few lessons from the emergence of the behaviour change agenda in Japan », Proceedings of the ECEEE Summer Study 2017.
Granier Benoit, 2017. Circulations transnationales et transformations de l’action publique. La mobilisation des sciences comportementales dans la politique énergétique japonaise (2010-2016). Thèse de doctorat en science politique, soutenance prévue le 20 juin 2017 à Sciences Po Lyon.
Granier Benoit, Kudo Hiroko, 2016. « How are citizens involved in smart cities? Analysing citizen participation in Japanese Smart Communities », Information Polity. Vol. 21, n°1, p. 61-76. Disponible à l’adresse : http://content.iospress.com/articles/information-polity/ip367
Granier Benoit, 2015. « L’expérimentation sociotechnique fondée sur les sciences comportementales : Un instrument au service de la production de l’acceptabilité sociale ? », VertigO - la revue électronique en sciences de l’environnement [En ligne]. Vol. 15, n° 3. Disponible à l’adresse : http://vertigo.revues.org/16695

 

 

Détails

Séminaire

Mardi 2 mai | 9h30-12h30

Maison SUGER, 16-18 rue Suger (6ème)

Entrée libre

Ajouter à mon agenda

Partager
Séminaire

Voir aussi