Observatoire des radicalisations

Analyser les ressorts de la radicalisation et des violences extrêmes

L’Observatoire des radicalisations étudie les ressorts de la radicalisation et des violences extrêmes dans différents contextes, en Amérique latine, en Afrique, en Asie, dans leurs différentes modalités et dans leurs dimensions politiques et religieuses, afin de rendre intelligible un phénomène éminemment complexe, sans le réduire à l’islamisme radical.

L'Observatoire des radicalisations compose avec l'Observatoire de la sortie de la violence la Plateforme Violence et sortie de la violence

 

Projets

Groupe de réflexion sur les radicalisations

Il se propose de créer un espace de réflexion collective autour des radicalisations en France ou ailleurs ouvert aux étudiants de master, de doctorat ou de postdoctorat. Plusieurs rencontres seront organisées au cours de l’année pour présenter les travaux les plus avancés.

Étude sur les quartiers djihadistes dans les villes européennes (en cours de construction)

Un certain nombre de grandes villes européennes connaissent des phénomènes de « radicalisation concentrée » dans des quartiers spécifiques tels que Molenbeek à Bruxelles, le Mirail à Toulouse, la Meinau à Strasbourg, etc. Il s’agit d’analyser la géographie urbaine de la radicalisation violente par une approche approfondie des processus familiaux et une histoire des lieux, ainsi que de comparer des politiques publiques mises en oeuvre au niveau local et national.

 

Les événements passés

Colloque Le djihadisme transnational, entre l’Orient et l’Occident, 31 mai-2 juin 2016

Organisé en partenariat avec l’Institut Montaigne en mai et juin derniers, ce colloque a réuni une trentaine de chercheurs dont les travaux portent sur l’Europe, l’Amérique du nord, le Proche et le Moyen-Orient, l’Asie, l’Afrique du nord et subsaharienne. Les spécialistes du djihadisme ont pu développer un fructueux dialogue et rendre intelligible un phénomène éminemment complexe, en se focalisant sur ses causes multiples, tant économiques que sociales, politiques et religieuses, pour aborder la manière dont la montée de l’islamisme radical en Europe alimente en retour des conflits extra-européens.

Colloque Les radicalisations violentes vues d’ailleurs, 28-29 novembre 2016

Ce deuxième colloque a bénéficié du soutien de l’Appel Attentats-Recherche lancé par le CNRS, il prolonge le premier autour de 4 axes de travail : La radicalisation contemporaine ; La radicalisation vue d’ailleurs ; Les métamorphoses de la radicalisation djihadiste après Daesh ; Les sociétés en terre de djihad.

 

Publications

Le jihadisme des femmes. Pourquoi ont-elles choisi Daech ?, Farhad Khosrokhavar et Fethi Benslama, Seuil, 2017

Prisons de France. Violence, radicalisation, déshumanisation : surveillants et détenus parlent, Farhad Khosrokhavar, Paris, Robert Laffont, coll. « Le monde comme il va », 2016

Les juifs, les musulmans et la République, Farhad Khosrokhavar et Michel Wieviorka, Robert Laffont, coll. Le monde comme il va, 2017

La propagande francophone de daech : la mythologie du combattant heureux - Un rapport de Pierre Conesa, co-directeur de l'Observatoire des radicalisations, François Bernard Huyghe, directeur de recherche à l'Iris et spécialiste de l'influence stratégique, et Margaux Chouraqui, journaliste.

 

Voir aussi


Observatoire de la sortie de la violence

Séminaire Violence et sortie de la violence

Responsables

Focus

https://www.canal-u.tv/producteurs/fmsh/colloque_international_le_djihadisme_transnational_entre_l_orient_et_l_occident

Djihadisme transnational : entre l'orient et l'occident

Les interviews du colloque international 31 mai - 2 juin 2016
Les intervenants du colloque s'expriment les variations nationales dans le djihad transnational et les ressources idéologiques, intellectuelles et économiques du djihadisme.

La propagande francophone de Daech

la mythologie du combattant heureux
Des centaines de Français ont rejoint les rangs de l’Etat Islamique. Quel est l'impact de la propagande par internet sur le processus de radicalisation ? Découvrez cette étude qui compare près de 120 revues et vidéos en français, anglais et arabe.