22 mars 2017

Représentations participantes, filmer en terrains surbattus

Réinventer les gestes et des dispositifs filmiques

Cinéastes et ethnographes font de plus en plus fréquemment l’expérience de situations de tournage ou d’enquête saturées de représentations, d’imageries et de pratiques filmiques aux antipodes de leur démarche. Ces terrains, zones ou quartiers surbattus par le documentaire social ou le reportage télévisuel sont aussi très souvent délaissés par les politiques publiques ou directement frappés par des politiques de réaménagement néolibérales. Cinéastes et ethnographes sont dès lors sommés de réinventer des gestes et des dispositifs filmiques, et d’élaborer de nouvelles formes de symétrisation des positions du filmeur et des filmés.

En travaillant de manière singulière avec les résidents des quartiers populaires de Marseille, des Mureaux en Île-de-France ou de la métropole lilloise, les intervenants de cette séance reproblématisent les approches essentialistes de ces situations tout en dressant un panorama singulier des représentations cinématographiques participantes.

Intervenants

  • Pilar Arcila (cinéaste et photographe), Jean-Marc Lamoure (cinéaste)
  • Olivier Pagani (cinéaste, instituteur)
  • Grégory Cohen (cinéaste, Université d’Evry-Centre Pierre Naville)  

Détails

Séance #4

22 mars | 13h00-17h00

EHESS | Salle 13
105 bd Raspail, 75006 Paris

Entrée libre

Ajouter à mon agenda

Discutants

  • Kémi Apovo (EHESS-IMAF)  
  • Norah Benarrosh-Orsoni (EHESS-CETOBAC)  
  • Kamel Boukir (EHESS-IMM/CEMS)
  • Olivier Marboeuf (Auteur, critique et commissaire indépendant, Espace Khiasma) [sous réserve]

 

 

 

Sur le même sujet


Programme Politiques des images

Partager
Séminaire