14 décembre 2016

Capitalisme philanthropique

Séance #9 du séminaire Le Capitalisme philanthropique Quelle redistribution pour quel humanitaire ?

Après avoir conduit de nombreux travaux d’analyse des pratiques de microfinance, Isabelle Guérin s’intéresse à la façon dont des besoins en eau, en énergie, en aliments, en santé, en téléphonie, jusqu’alors non satisfaits ou difficilement satisfaits pour des catégories de populations en situation de pauvreté ou de précarité, deviennent des « marchés ». Ce sont les fameux « marchés des pauvres » ou « du bas de la pyramide » investis par des « entreprises sociales » et conceptualisés par M.Yunus et CK.Prahalad.

Dans la mesure où ces nouvelles formules se revendiquent comme un capitalisme social, considérant que « ce n’est pas le capitalisme qui provoquerait la pauvreté mais son insuffisance », Isabelle Guérin positionne son analyse qui se veut à la fois critique et valorisant les possibilités de ces solutions, dans une certaine continuité vis-à-vis de l’anthropologie marxiste de la production et de l’anthropologie économique de la distribution.

Elle a partagé un premier constat relatif au fait que la fabrication de tels marchés ne relevait pas d’une rencontre spontanée d’une offre et d’une demande, mais davantage de longs processus au cours desquels il fallait un adossement nécessaire de ces marchés aux économies domestiques. D’où le rôle des « communautés locales », des ONG et autres intermédiaires « faiseurs de marchés ».

Le second constat, concerne la place importante des femmes dans ces processus, en particulier compte-tenu du travail gratuit qu’elle peuvent fournir au sein de ces économies domestiques.

Autrement dit, Isabelle Guérin prône une analyse de ces marchés en termes de chaînes de valeurs pour déterminer la valeur créée et surtout sa répartition (sa captation ?) parmi les acteurs de la chaîne, et met en garde de ne pas oublier de comptabiliser les coûts invisibles.

Et pour finir, du moins temporairement, elle fait le lien avec le rôle des pouvoirs publics en questionnant cette production et distribution des biens et services comme palliatifs à la défaillance de biens publics, ce qui n’enlève rien aux bienfaits d’avoir de la lumière, de l’eau potable, des soins, des aliments de qualité, etc.

 

Intervenante : Isabelle guérin, IRD

Elle a longtemps travaillé sur la microfinance pour en circonscrire toutes les conséquences et utilise maintenant ce bagage conceptuel pour analyser ces nouveaux aspects du capitalisme social que sont les pratiques de « social business » visant le « bas de la pyramide ». En s’appuyant sur ses expériences passées, actualisées par de nouvelles enquêtes et de nombreuses lectures, elle nous présentera l’état de sa réflexion, également fruit d’un séminaire qu’elle anime sur le sujet.

Détails

Séminaire

Maison Suger

14 décembre | 17h00

Entrée sur inscription

Ajouter à mon agenda

 

Le séminaire Capitalisme philanthropique : Quelle redistribution pour quel humanitaire ? est organisé sous la direction de Laëtitia Atlani-Duault & Marc Lévy.

Partenaires : IRD | Cirad | Grets

Partager
Séminaire