31 mai 2016

Parentés contemporaines | Journal des anthropologues

Séance du séminaire Anthropologie, psychanalyse et politique. Regards sur les terrains, de l'Association française des anthropologues (AFA) Cycle 2015-2016 : Subjectivation et globalisation en partenariat avec le CRPMS.

Mélanie Gourarier et Séverine Mathieu présentent Parentés contemporaines | Journal des anthropologues, n°144-145, 2016

Les  récentes mutations intervenues dans la gestion aussi bien légale, politique, médico-technique, qu'affective de ce qui  "fait  famille"  font croire à un changement de paradigme radical dans l'approche de la parenté. Procréation médicalement assistée (PMA), gestation pour autrui (GPA), ouverture du mariage et - possiblement - de l'adoption aux couples de même sexe ou encore établissement de la paternité fondée sur un lien génétique, sont présentés comme des phénomènes inédits, notamment en raison des techniques de pointe qu'ils mobilisent. Trop souvent pensées comme constitutives de ruptures, ces innovations cristallisent des inquiètudes et soulèvent de virulents débats. Sur la base d'études dans divers pays, ce numéro replace cette actualité polémique dans une perspective comparative. Les manières de faire de la parenté sont-elles vraiment une singularité contemporaine ? Si tel est le cas, comment en rendre compte avec les outils de l'anthropologie ?

Numéro Parentés contemporaines

LES AUTEURES

Mélanie Gourarier, anthropologue, post-docotorante Lisst-cas (ANR EHTOPOL), travaille aujourd’hui sur les usages de la génétique en France et aux Etats-Unis appliquées aux questions de parenté.

Séverine Mathieu, sociologue, est Professeure à l’université de Lille 1, « Sociologie de la famille et de la santé », depuis septembre 2013. Depuis 2010, elle travaille sur les enjeux bioéthiques de l’Assistance médicale à la procréation (AMP). Un premier travail a donné lieu à un ouvrage L’enfant des possibles. AMP, éthique, religion et filiation, Paris, Editions de l’Atelier, 2013. Elle poursuit actuellement ses recherches sur la représentation de l’embryon au sein de parcours d’Assistance médicale à la procréation (AMP), à partir d’enquêtes ethnographiques en milieu hospitalier, dans des services d’accueil d’embryon.

Des mêmes auteures

Mélanie Gourarier (Sélection)

À paraître, Les ruses de la séduction masculine, Seuil, Paris, avril 2016
À paraître, « Parentés contemporaines », Journal des anthropologues, (avril 2016). Avec Séverine Mathieu.
2015, « Hégémonies », Genre sexualité et société [en ligne], http://gss.revues.org/3363. Avec Gianfranco Rebucini et Florian Vöros.
2015, "Negotiating gender? An ethnologist works embedded in a society of men apprenticing seduction", in World Council of Anthropological Associations [en ligne], http://www.wcaanet.org/downloads/dejalu/translations/gouariertraduction_....
2014, « Quand le trouble amoureux contrarie le masculin : la gestion des émotions amoureuses au sein de la Communauté de la séduction en France », Sociologie et sociétés, vol.46, n°1, p. 37-57.
2014, « Le "mauvais genre" de l'Internet. Séducteurs des rues/séducteurs de la toile », Hermès, n°69/2, p. 45-49.
2014, «"Désaffecter" la galanterie masculine. La redistribution des transactions hétérosexuelles au sein de la Communauté de la séduction en France », Pensée Plurielle, n°33-34, p. 213-223.
2013, « La Communauté de la séduction. Des apprentissages masculins », Ethnologie Française, vol.43, n°3, p.425-432.
2013, « Seducing Women to Assess Each Other : Male Hierarchies within the Seduction Community », InMedia [Online], 2, URL : http://inmedia.revues.org/438
2011, « Négocier le genre ? Une ethnologue dans une société d’hommes apprentis séducteurs », Le Journal des anthropologues, n°124-125, p.159-178.

Séverine Mathieu (sélection)

L’enfant des possibles : Assistance médicale à la procréation, éthique, religion et filiation, Paris, Editions de l’Atelier, 2013.
Sacrées familles ! Changements familiaux, changements religieux, avec M. Gross et S. Nizard, Paris, Editions Erès, 2011.
« Les élus de l’AMP : des catholiques sécularisés ? », in V. Zuber (dir), Mélanges en l’honneur de Jean Baubérot, Paris, Brepols, coll. « Bibliothèque des sciences religieuses », à paraître, 2016.
« Faire famille aujourd’hui : une éthique de l’assistance médicale à la procréation », Gynécologie Obstétrique et fertilité, vol. 41, n°9, 2013, p. 532-536.
« Au nom du père : AMP, genre et variable religieuse », in F. Rochefort, M.E Sanna (dir), Normes religieuses et genre. Mutations, résistances et reconfiguration (XIXe-XXIe siècle), Paris, Armand Colin, 2013, p. 165-173.
« Religion et AMP », Sociologie N°3, vol. 3, 2012, décembre 2012, p. 267-281 et [En ligne], N°3, vol. 3, 2012, mis en ligne le 24 octobre 2012, URL : http://sociologie.revues.org/1373.
La transmission du judaïsme dans les couples mixtes, Paris, Editions de l’Atelier, 2009.


Argumentaire du séminaire

Ce séminaire propose de repenser les dialogues et les mises à l’épreuve réciproques entre anthropologie et psychanalyse. Il s’efforce d’articuler trois lignes de questionnement :

•    Clinique  du  terrain  et  terrains  cliniques  :  des  anthropologues s’interrogent sur la nature des relations interpersonnelles développées durant leurs enquêtes, le sens et les modalités de leur écoute, et, corollairement, les mobiles intimes de la parole des acteurs. Les crises économiques et politiques qui bouleversent de nombreuses sociétés s’impriment, en  effet, dans la situation ethnologique. De surcroît, l’ethnologue se trouve de plus en plus fréquemment en contact avec des populations  en  fragilisation  croissante,  en  état  de  non  inscription,  et même d’errance.

•    Folie et État : on développera une réflexion croisée, d’un côté sur les effets sur les élaborations identitaires des nouvelles représentations du bien-­‐être  psychique, de l’autre, sur les instances de légitimation sur ce que serait une bonne santé psychique en termes de prévention, de diagnostic, de traitement et de leur évaluation. Enfin, le lien doit être souligné entre les terreurs issues de la violence de l’État et les confusions des registres du Réel, de l’Imaginaire et du Symbolique, qui font tenir l’existence singulière et les échanges sociaux. D’une certaine manière, la folie a disparu au profit de l’exclusion et de la stigmatisation des perdants. Dans les pays lointains qui ne rentrent pas dans cette industrialisation du soin, l’OMS., au contraire, préconise un retour aux dispositifs dits « traditionnels », légitimant médiums, devins et autres guérisseurs. Dans ces deux configurations du monde globalisé, les États jouent un rôle majeur, idéologique, symbolique, mais aussi institutionnalisant les corps des professionnels du soin psychique. La psychanalyse fait actuellement l’objet d’un débat social, d’autant plus aigu que c’est la singularité du sujet individuel qui est en jeu. La présence de la psychanalyse dans les institutions de soin et d’enseignement redevient l’enjeu d’une lutte, alors que la psychiatrie et la psychopathologie sont de plus en plus biologiques.

•    Un   dernier   volet   :   rouvrir   le   débat   entre   anthropologie   et psychanalyse de l’ordre épistémique et épistémologique, à l’heure où le cognitivisme est, pour un nombre croissant d’anthropologues, un outil de validation de leurs recherches et de leurs résultats. La généralisation de l’économie de marché a eu des effets de plus en plus prononcés sur les définitions de la souffrance psychique, des troubles mentaux, leurs modes de diagnostic et leur traitement. Dans les démocraties industrielles, on constate la dominance des modélisations biologiques et neurologiques, le retour à un primat héréditaire et la mise en avant de polices de rééducation comportementaliste.

Séminaire organisé par :
    Olivier Douville, psychanalyste, Laboratoire CRPMS Université Paris 7, douvilleolivier@noos.fr
    Delphine Lacombe, sociologue, MISHA, CNRS Alsace, delphine.lacombe@misha.fr
    Julie Peghini, anthropoloque, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8,   Laboratoire CEMTI, julie.peghini@univ-paris8.fr
    Monique Selim, anthropologue, directrice de recherche à l’IRD monique.selim@ird.fr

 

Détails

Lieu : La Maison Suger

Ajouter à mon agenda

Partager
Séminaire