18 mars 2016

Images de pouvoirs : le black bloc, entre corporéité politique et critique de la visibilité

Intervention de Maxime Boidy - (Université Paris 8)

Le black bloc est une tactique urbaine qui consiste à manifester cagoulé et vêtu de noir afin d’échapper à l’identification policière et de préserver l’anonymat militant. Apparue dans les milieux anarchistes et autonomes de l’ex-Allemagne de l’ouest durant les années 1980, elle a été réappropriée depuis lors à l’échelle globale, d’Occupy Wall Street à la révolution égyptienne de 2011.

Cette intervention se propose d’identifier les traits définitoires de cette construction visuelle du politique en la réinscrivant dans la tradition occidentale des « images multiples » du pouvoir et du corps politique, selon le concept de l’historien de l’art Dario Gamboni. D’une part, il s’agit de montrer que la tactique matérialise de multiples formes de pouvoir visuel (surveillance, spectacle, idéologie), au point d’instituer la visibilité elle-même comme une catégorie politique. D’autre part, il s’agit d’explorer les enjeux iconographiques nouveaux posés par cette corporéité politique, et par les idées de « représentation » qui lui ont été associées depuis maintenant plusieurs décennies.


Le cycle de conférences Pouvoirs des images / Images de pouvoir, organisé sous la direction de Sara Guindani, se propose d'aborder le sujet du pouvoir des images selon une double perspective :

  • la manière dont le pouvoir est crée, véhiculé et légitimé par des images – l'étude de Louis Marin sur le "portrait du roi" reste une référence à ce sujet.
  • les pouvoirs intrinsèques d'une image – la progression de l’iconoclastie et la remise en question de la liberté d’expression font écho à ce sentiment de menace exercée par les images.

Les deux aspects de cette perspective soulèvent la question du rôle des images, de leur interprétation, des conditions de leur circulation dans un espace « globalisé » qui reste encore en grande partie indéfini et dont les effets sont souvent imprévisibles.

L’oscillation des images entre une sauvegarde du pouvoir institué et leur capacité d’insoumission sera le fil rouge de ce cycle de conférences.

Les prochaines conférences :

La panique du visuel : la guerre des images

Giovanna Borradori (Vassar College, New York)
25 mars | FMSH, Salle 3
 

Réplique de la violence, réplique à la violence. Traumatismes iconiques à l’âge de l’ « Internet-meme »

Andrea Pinotti (Università degli studi di Milano)
1er avril | FMSH - Salle à confirmer

 


Détails

Lieu : Le France
Localisation : Salle Conseil A
Ajouter à mon agenda

Partager
Conférence