02 décembre 2015

Les nouvelles philanthropies

Nouvelle éthique, renouvellement des modèles ou générosité encore condescendante et domination des logiques de rendement et de performance ?

Séance #2 du séminaire Le Capitalisme philanthropique Quelle redistribution pour quel humanitaire ?

Les nouvelles philanthropies : fondations d'entreprises, « entrepreneuriat social /social business », fonds de dotation, « impact investments », etc. Nouvelle éthique, renouvellement des modèles ou générosité encore condescendante et domination des logiques de rendement et de performance ?

Bathylle Missika a abordé les évolutions dans le monde des Fondations intervenant sur des questions de «développement». Elle a surtout mis l'accent sur l'existence de Fondations «catalytiques», innovantes qui utilisent les dons qu'elles reçoivent, sous forme d'investissements dans des entreprises sociales en ayant un souci affirmé de recherche d'impact. Ce faisant, ces Fondations incitent à la collaboration avec les pouvoirs-publics, les associations, les entreprises, elles veulent casser les «silos» au profit de coalitions multi-acteurs et façonnent ainsi les contours d’une nouvelle approche philanthropique, une «philanthropie de risque». Cette dernière envisage l’appui à ses partenaires par des biais financiers (dons, garanties..) et non financiers (aide à la gestion, au marketing, entre autres). Ses contributions financières sont envisagées somme des ‘’investissements’’ ayant pour objectif un retour ‘’social’’ et parfois financier, comme c’est le cas de l’impact investing.

Du coup, il existe un continuum avec «l'impact investing» dont a parlé Gaspard Verdier. Et de la même façon, nous a-t-il dit, la frontière est devenue floue entre la subvention et l'investissement. A l'aide de l'exemple d'une entreprise sociale indienne, il a caractérisé les étapes par lesquelles il fallait passer pour réussir à gagner de la crédibilité et attirer les «investisseurs sociaux». Leurs capitaux sont «patients» et n'attendent pas de rendement financier important, mais ils les mobilisent quand l'entreprise a déjà un peu consolidé son modèle économique qui fait rupture avec celui des projets du monde des ONG.

Comme souhaité, ces innovations ont nourri un débat soutenu qui devrait se poursuivre en janvier.

Détails

Séminaire

Maison Suger

28 octobre | 17h00

Entrée sur inscription

Ajouter à mon agenda

Intervenants :

Bathylle Missika (OCDE)

Gaspard Verdier (consultant en entrepreneuriat social et « impact investing »)

 

Le séminaire Capitalisme philanthropique : Quelle redistribution pour quel humanitaire ? est organisé sous la direction de Laëtitia Atlani-Duault & Marc Lévy.

Partenaires : IRD | Cirad | Grets

 

Partager