31 janvier 2013

Généalogie du mouvement féministe en Algérie : commencements, identité, organisation, stratégies

Séminaire "Genre, politique, sexualité(s). Orient/Occident"

Avec Fériel Lalam​i

Après des commencements remontant parfois aux années 1940 pour le féminisme en Algérie, les projets de code de la famille ont suscité au début des années 1980 des protestations collectives publiques. En déconstruisant le mythe de l’égalité, acquise par la participation des femmes à la libération du pays et garantie par la Constitution, les premiers regroupements de femmes vont faire mouvement. L’adoption en 1984 du code de la famille révèle le statut que l’Etat assigne aux femmes.  La hiérarchisation entre les sexes repose explicitement sur un fondement juridique puisque le code de la famille stipule le « devoir d’obéissance » de l’épouse. A la suite du soulèvement populaire d’octobre 1988, l’ouverture politique permet aux associations de femmes de faire entendre leur discours sur l’égalité entre les sexes, condition de la citoyenneté à part entière. L’autonomie affirmée du mouvement des femmes n’exclut pas des tactiques d’alliances pour des objectifs ponctuels parce que les associations de femmes s 'insèrent dans la sphère politique. Les violences extrêmes de la décennie 1990 vont infléchir les modes du militantisme et modifier les formes d’intervention publiques, mais les associations de femme ont trouvé les ressources nécessaires pour continuer à agir.

Feriel Lalami, politologue et docteure en sociologie (université de Poitiers), a publié :

  • Les Algériennes et le code de la famille. La lutte pour l'égalité, Presses de Sciences Po, 2012, et de nombreux articles, dont :
  • « Mouvements de femmes et Femmes en mouvement dans le monde arabo-musulman », in  La civilisation arabo-musulmane à travers un regard philosophique, ouvr. collectif, Paris, UNESCO, 2010.
  • « Le code de la famille frein aux dynamiques sociales en Algérie et effets sur les migrantes », CRDTM (coord.), Genre et développement, Paris, L’Harmattan, 2008.
  • « Enjeu du statut des femmes durant la période coloniale en Algérie », Nouvelles questions féministes, 2008, Vol 27, n°3.
  • « Les amendements au code de la famille algérien : une réforme en trompe-l'œil », Confluences Méditerranée, n°59, Automne 2006.

Retrouvez le texte de son intervention

 

Les Algériennes contre le code de la famille. La lutte pour l'égalité (Paris, Presses de Sciences Po, 2012).

" Derrière ce titre qui peut paraître polémique il y a une thèse  d’une chercheuse, exigeante, prudente et patiente qui concilie élégamment le travail de recherche scientifique et l’engagement  politique. En effet, Feriel Lalami est une femme impliquée depuis  plus de trente ans dans le mouvement des femmes algériennes qu’elle connait intimement. Elle a assisté et participé aux sit-in, aux pétitions, aux rassemblements et aux marches nombreuses organisées par le mouvement. Elle connait, une à une, les actrices de ce mouvement, elle connaît leur histoire personnelle, leur trajectoire scolaire et professionnelle, leur condition conjugale, leur vie familiale, leur domicile, leur cuisine où se faisaient de longues discussions dans des moments de gaité mais aussi d’inquiétude, de tension et d’urgence. Elle connait les anecdotes, les ragots, les slogans des banderoles, les tracts, les textes, les vibrations collectives  mais aussi les conflits internes au mouvement ; ses scissions et ses réunions clandestines, ses divisions intestines. Elle a partagé les engagements, les espoirs, les renoncements, les désillusions et les déceptions politiques des unes et des autres. Ce sont toutes ces connaissances, ces intimités et ce vécu de plus de trente ans qu’on sent et qu’on entrevoit en lisant ce livre et cette thèse qui relate l’histoire de la contestation et de la mobilisation des femmes algériennes  contre le code de la famille et pour l’égalité des droits ".

Kamel Chachoua, IREMAM/CNRS (Aix-en-Provence)

 

"L'année où l'Algérie commémorait le cinquantenaire de son indépendance, Fériel Lalami a publié le premier ouvrage consacré au mouvement des femmes de ce pays ; issu d'un long travail d'enquête associant le dépouillement d'archives, d'articles de presse, et autres documents, à la réalisation et au décryptage de onze entretiens de longue durée avec des femmes de générations et d'expériences différentes, cet ouvrage développe des analyses denses, ancrées dans une problématique novatrice, apte à mobiliser les ressources de la sociologie et de la science politique, mais aussi de l'histoire et du droit. Née en Algérie, où elle a suivi la majeure partie de son cursus universitaire, Feriel Lalami entretient avec ce pays (singulièrement avec des femmes) des liens étroits, porteurs de potentialités entrevues à travers sa démarche qui relie avec rigueur originalité et classicisme, objectivité et subjectivité(s), passé et présent".

Christiane Veauvy

 

Partager