from 27 novembre, 2009 to 27 novembre, 2010

Refonder les normes de la finance. Une crise des représentations mentales

Un constat s’impose lorsqu’on examine la crise actuelle. D’une part, elle n’est pas apparue dans des systèmes périphériques (ce qui aurait permis de l’assimiler à une crise de croissance comme en Asie en 1997) ; d’autre part, elle n’est pas le fait d’organisations en phase de transition dans un système financier en évolution (comme en 1990 pour les Savings & Loans américaines). Cette crise, intervenant en phase de mondialisation, n’est pas une conséquence de la mondialisation mais le résultat d’un dérèglement ou de dérèglements intervenus au cœur même du système dominant. Les plus importants établissements américains et britanniques ont été touchés, ceci alors qu’ils avaient mis en œuvre des moyens intellectuels et financiers considérables pour établir des outils de calculs, de contrôle de leurs risques, et des systèmes pour appliquer les dispositifs réglementaires issus notamment des lois Sarbanne & Oxley (SOX) après la faillite retentissante d’Enron. Cette crise financière de grande ampleur jette en réalité un doute sur la validité des représentations mentales existantes ainsi que sur les pratiques professionnelles concrètes qui en découlent (normes, règles de calculs des risques et des besoins en capitaux).

En effet, l’une des spécificités des activités financières est qu’elles opèrent sur des engagements pour le futur. Ce faisant, elles dépendent donc de façon structurelle des modèles et représentations mentales qui permettent d’établir des normes de ces engagements et de les peser sous l’angle prudentiel et comptable (c’est ce qu’on appelle la performativité des modèles de la finance). Dès lors l’ampleur du séisme frappant le système financier doit conduire à réfléchir à l’éventuelle nécessité d’une validation ou invalidation de concepts fondateurs de ces normes. Il apparaît en particulier important que les professionnels prennent conscience du cadre intellectuel et de ses fondements conceptuels, cadre qui structure leurs modèles et dans lequel les a enfermé une "pensée unique" normative et coercitive.

Cette constatation est à l’origine du projet SMA BTP / FMSH : rassembler dans une démarche scientifique construite des éléments d’analyse de la pertinence des hypothèses au cœur des modèles utilisés par la finance moderne, et de mettre en évidence la nécessité de renouveler certains concepts de cette finance. Le projet souhaite en particulier insister sur deux points : le rôle important joué par les représentations mentales opérant dans les modélisations mathématiques et dans les constructions sociales des normes réglementaires ; les conséquences d’une fragilité de ces représentations, ayant conduit à mal apprécier l’environnement financier par des modèles qui se sont révélés défectueux. Enfin, seront abordées les conséquences à en tirer et des propositions concrètes de renouvellement.

La tenue d’un colloque le vendredi 27 novembre présentera les analyses et conclusions du groupe de travail. Un ouvrage collectif réunissant les contributions des participants de l’équipe du projet sera publié aux éditions Springer France.

Le projet favorise la coopération entre l’économie, la philosophie, la sociologie, les sciences politiques et des disciplines formalisées et spécialisées telles que la finance mathématique et l’actuariat.

L’équipe du projet est composée de chercheurs et professionnels :
- Eric Brian, Centre Maurice-Halbwachs / EHESS
- Olivier Le Courtois, Centre de recherche sur les risques financiers, EM Lyon
- Emmanuel Picavet, Université de Franche-Comté
- Michel Piermay, Fixage, président
- Pierre-Charles Pradier, Centre d'économie de la Sorbonne / Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne
- Hubert Rodarie, SMA BTP, directeur général délégué
- Jacques Sapir, Centre d’études des modes d’industrialisation / EHESS & FMSH
- Grégory Vanel, Centre d’études interaméricaines / Institut québécois des hautes études internationales
- Christian Walter, FMSH & Centre de recherche Philosophies contemporaines (NoSoPhi) / Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne

Détails

Localisation : MSH Raspail

Ajouter à mon agenda

Partager
Colloque