Peut-on construire une société meilleure ?

Un nouveau panel réunit des centaines d’experts du monde entier pour répondre à cette question

Les utopies sont mortes, mais sommes-nous condamnés à subir les injustices de notre époque et leur cortège de conflits et de catastrophes humaines et environnementales ?

Avec le soutien du Collège d’Etudes mondiales de la Fondation Maison des sciences de l’homme, de l’Université de Princeton et une dizaine d’autres partenaires, le Panel International pour le Progrès Social (PIPS) va démarrer ses travaux cette année pour examiner les perspectives de progrès social au 21ème siècle à la lumière des sciences sociales d’aujourd’hui.

Couvrant l’ensemble des questions économiques, politiques et culturelles importantes (démocratie, pauvreté et inégalités, mondialisation, travail, migrations, gouvernance de l’économie et des entreprises, risques globaux et environnementaux, santé, conflits, religions, éducation, diversité et intégration, etc.), le panel a pour mission d’évaluer l’évolution longue des sociétés et les facteurs de progrès.

Le panel rendra son rapport en 2017, avec pour ambition d’éclairer les décideurs politiques, les citoyens et tous les acteurs de la société civile pesant sur l’évolution de nos institutions. Similaire au GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) par l’ampleur disciplinaire et géographique de son équipe d’auteurs (plus de 200 auteurs de toutes les disciplines des sciences sociales, venant de plus de quarante pays), le panel va cependant fonctionner en toute indépendance à l’égard des gouvernements.

Le panel est placé sous la haute autorité d’Amartya Sen, philosophe et Prix Nobel d’Economie de Harvard, et est dirigé par un comité international comprenant notamment Michel Wieviorka  (Administrateur de la FMSH), Helga Nowotny (Professeur à Zurich, ancienne Présidente du European Research Council), Mamadou Diouf (Professeur à l’Université Columbia, Président du Directoire du Social Science Research Council), Nancy Fraser (Professeur à la New School de New York), Ernest Aryeetey (Vice-Chancelier de l’Université du Ghana), Marie-Laure Djelic (Professeur à l’ESSEC).

Planchant sur des sujets complexes et pleins de controverses, le panel recherchera le consensus là où c’est possible, mais exposera également, de façon transparente et objective, les termes des débats qui ne sont pas tranchés par la recherche contemporaine. En outre, le rapport sera préparé en deux temps. Une version provisoire du rapport circulera en 2016, et de nombreux débats avec des publics variés seront animés, produisant des commentaires qui seront pris en compte dans la version finale du rapport livrée en 2017.

Les travaux du panel seront lancés du 27 au 29 août 2015 à Istanbul, lors d’un congrès des auteurs accueilli à l’Université de Bilgi.

Information : www.ip-socialprogress.org | twitter et facebook : ipsprogress
Contact : info@ip-socialprogress.org, Marc Fleurbaey (mfleurba@princeton.edu)

Contact presse : Magali Noël

 | 01 49 54 20 35 | 06 29 53 42 50

Partager