15 mars 2016

Quelles sont les tensions postcoloniales dans la clinique

Première Journée du Séminaire 2016 « Postcolonialités, technologies, soins »

Atelier proposé par Françoise Vergès, Chaire « Global South(s) » et Vinh-Kim Nguyen, Chaire « Anthropologie de la ‘santé mondiale’ » au Collège d’études mondiales, Fondation maison des sciences de l’homme avec Sara Guindani, directrice adjointe scientifique du Collège d’études mondiales et l’équipe de l’Élan retrouvé.

En partant du constat que Frantz Fanon faisait en 1952 dans « Le syndrome nord-africain », où il analysait l’attitude de défiance d’une partie du personnel médical quant à la réalité de la maladie des travailleurs Nord-Africains en écrivant que  « Le Nord-Africain prend place dans ce syndrome asymptomatique et se situe automatiquement sur un plan d’indiscipline (cf. discipline médicale), d’inconséquence (par rapport à la loi : tout symptôme suppose une lésion), d’insincérité (il dit souffrir alors que nous savons ne pas exister de raisons de souffrir) », nous nous demanderons :

  1. Ce que l’analyse de la postcolonialité républicaine française peut apporter à la rencontre dans la clinique
  2. Le « syndrome nord-africain » est-il toujours présent et, dans ce cas, sous quelles formes ?
  3. Comment se joue l'opposition entre un discours culturalisant et un discours universaliste, laïc et "républicain" ? Comment gérer des tensions quotidiennes dans les lieux de soins et plus largement dans la question du care ?
  4. Les frictions dans la clinique relèvent-elles de la post-colonialité ? L’approche universalisante, qui découle d’une histoire coloniale, provoque t’elle des frictions ?

Dans cet atelier, la proposition est de centrer le débat sur la notion de postcolonialité dans le soin et d'explorer les alternatives qui sont expérimentées dans la clinique pour soigner dans un contexte de différence. Il ne s’agit pas de proposer des manières de faire, mais avec l’apport de praticiens et d’activistes du soin d’éclairer les liens entre postcolonialité française et soin.
Nous entendons par « postcolonialité » non pas une période (après le colonialisme) mais l’existence d’une « colonialité du pouvoir » c’est-à-dire d’un pouvoir qui porte les traces des processus de racialisation. La colonialité du pouvoir est à différencier du colonialisme, ainsi que d’autres concepts qui lui sont étroitement liés, tels que le néo-colonialisme, le colonialisme interne, l’impérialisme, le néo-impérialisme, etc.

Les participants à cet atelier, le premier d’une série de séminaires au cours de l’année 2016, seront invités fin 2016 à participer à une rencontre qui réunira les participants aux autres ateliers.


Programme

9:00 - 9:30 Accueil
Michel Moulin, Directeur médical de l’Association l’Elan retrouvé
Sara Guindani, Directrice scientifiqueadjointe, Collège d’études mondiales/FMSH
Vinh-Kim    Nguyen,    Chaire « Anthropologie    et    santé    mondiales»,  Collège  d’études mondiales/FMSH
Françoise    Vergès,    Chaire    « Global  South(s),  Collège  d’études  mondiales/FMSH : le programme «postcolonialité et soin »

9:30 - 11:00 Comment la culture intervient-elle dans la clinique ?
Jean-Eudes Maille, Médecin psychiatre  chef  de Service  Hôpital de Jour Elan retrouvé
Avec l’équipe de l’Elan retrouvé
11:00 - 11:15 Pause

11:15 - 13:00 Universalité, Postcolonialité, Soins
Baptiste Henry, médecin
Romain  Lutaud, médecin
Présentation de situations cliniques qui abordent la question de l’universalité de la clinique
face à des situations relevant d’un contexte postcolonial

13:00 – 14:15 Déjeuner

14:15 - 15:45 La rencontre postcoloniale dans la clinique

Malika Mansouri, Psychologue clinicienne - Pédopsychiatrie de Saint-Denis -Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
Vinh-Kim Nguyen, Chair « Anthropologie et santé mondiales»,  Collège  d’études mondiales /FMSH

15:45 - 16:00 Pause

16:00 – 17:30 La  « postcolonialité  républicaine  française » : Comment s’exerce-t’elle ?  Quelles  en  sont  les expressions ?
Qu’entend-on  par  « postcolonialité » ?    Et  « postcolonialité  française » ?  Quels  furent  les  liens entre la médecine et l’empire colonial ?  Comment  identifier  les  traces  de  ce  passé  dans  le présent ?
Guillaume Lachenal, Maître de Conférences, Université Paris Diderot
Françoise Vergès, Chaire «Global South(s)», Collège d’études mondiales/FMSH.

La journée sera animée par Françoise Vergès et Vinh-Kim Nguyen

Détails

Localisation : L’Élan Retrouvé | Institut Paul Sivadon | 23, rue de la Rochefoucauld | 75009 Paris

Ajouter à mon agenda

Partager
Atelier

Voir aussi