La question des Ouïghours et la construction de l’État-nation en Chine

Replay du séminaire

Intervention de Ke WANG dans le séminaire Le modèle politique chinois - d’un vieux totalitarisme à la façon de Mao vers un néo-totalitarisme numérique à l’époque de la mondialisation ?

Ke WANG est professeur à l’université de Kobe au Japon. Il a fait ses études d’abord en Chine à l’université centrale des Nationalités, puis au Japon à l’université de Tokyo où il a obtenu son doctorat en 1994. Ses recherches couvrent un large champ axé sur la question des ethnicités et la construction de l’Etat-nation en Chine, les relations sino-japonaises, etc. Ses principales publications sont Une Etude sur la République du Turkistan de l’Est : les Musulmans et la question nationale en Chine (en japonais, Prix Suntory) Presse de l’université de Tokyo, Tokyo, 1995.  Une version anglais vient de paraitre (The East Turkestan Independence Movement 1930-1940, The Chinese University Press, Hongkong, 2018, 384p.) ; La disparition du « citoyen » : le discours sur la « nation » et l’identification  nationale des minorités de l’époque moderne en Chine, (en chinois), Presse de l’Université chinoise, Pékin, 2016 ; Nation et Etat-la Généalogie du concept de la Chine comme Nation multiethnique, (en chinois), Editions des Sciences sociales de Chine, Pékin, 2000 ; La Construction de la nation et l’Identité ethnique au 20e siècle en Chine (en japonais) Presse de l’université de Tokyo, 2006 ; La Chine comme une nation multiethnique, (en japonais) Presse Iwanami Shoten, Tokyo, 2005, Vers Tianxia (天下, sous le ciel) : la Chine et le processus de la formation d’une nation multiethnique (en japonais), Publication de Société Noubunkyou, Tokyo ,2007 ; L’Asie de l’Est comme communauté et la reconnaissance culturelle commune, du point de vue des chercheurs Chinois, japonais et coréens, (sous sa dir. En chinois), Presse du Peuple, Pékin, 2007.

Ce séminaire s’inscrit dans le cadre du projet de recherche « Modernité, transition et  réforme en Chine », organisé par Lun Zhang en partenariat avec le laboratoire Agora de l’Université de Cergy-Pontoise.

Partager
Replay

Voir aussi