Défaire les idéologies

Séminaire de l’initiative de recherche Démocratie et économie plurielles

Libération, autonomie sont des mots à la mode. On en récupère, voire en falsifie, la puissance de rupture. Aussi s'agira-t-il, lors de ce séminaire croisé, de revenir au geste même de la pensée émancipatrice, à ce qui le définit, mais aussi en brouille le sens.

Dans un premier temps, Michèle Riot-Sarcey s'attachera aux parcours intellectuels et aux traces des idéologies qui, tout au long du XXe siècle, ont contribué à verrouiller la pensée critique. Comment la quête de scientificité et la croyance au déterminant de la "force des choses", en dernière instance, ont contenu voire entravé toute idée émancipatrice autonome ? La mise en relation d’expériences avec les pensées critiques qui s’opposent aux courants dominants, permettra de comprendre comment l’idée même d’émancipation, issue de l’esprit utopique, a perduré dans les mémoires des contemporains.

Dans un second temps, Gisèle Berkman s'attachera au parcours singulier du penseur et critique Maurice Blanchot, passé de l’écriture pamphlétaire des années trente, marquée par l’ultra-nationalisme, voire l’antisémitisme, à l’attachement passionné, jamais démenti, à la judaïté, et à la revendication du "communisme de pensée". L'analyse approfondie de cet exemple mènera à se demander comment une pensée parvient à se dégager de l'enfermement idéologique et politique dans lequel elle se trouvait prise. Et comment qualifier, sans irénisme rétrospectif, ce mouvement auto-émancipateur ?

Ce séminaire se tiendra dans à la Fondation Maison des sciences de l'homme, 54 boulevard Raspail, Paris 6.
Séminaire organisé dans le cadre de l'initiative de recherche Démocratie et économie plurielles.

Séances du séminaire