Laëtitia Atlani-Duault prend la direction du Collège d’études mondiales

Nomination

Après cinq années passées à New York comme professeur invitée à l’Université Columbia et conseiller scientifique au siège des Nations Unies, Laëtitia Atlani-Duault prend la direction du Collège d'études mondiales de la Fondation Maison des sciences de l’homme. Elle succède à Olivier Bouin, directeur du Réseau français des instituts d'études avancées, qui en assurait la direction depuis 2015 et a fortement contribué à son développement.

Son parcours

Laëtitia Atlani-Duault est anthropologue, Directrice de recherche à l’IRD et Professeur affiliée de l'Université Columbia de New York. Elle est membre de l’UMR CEPED (Université Paris V, IRD, INSERM) et du Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (CNRS, Université Paris Ouest Nanterre) et est chargée de mission scientifique pour l’anthropologie du HCERES. Elle était auparavant Maître de conférences en anthropologie à l’Université Paris Ouest Nanterre.

Pourquoi l’aide humanitaire est une question qui relève de la discipline anthropologique  ? Comment saisir ethnographiquement cette dernière séquence des relations Nord-Sud ? Quels sont les éléments de continuité et/ou de ruptures par rapport aux relations qui prévalaient aux temps coloniaux ? Son itinéraire scientifique s’est construit et structuré autour de l’étude de la fabrique de l’aide humanitaire, et elle a reçu pour ses travaux en 2008 la médaille de bronze du CNRS.

Laëtitia Atlani-Duault a notamment mené des recherches sur : la mémoire de la violence sexuelle chez les boat people vietnamiens et les politiques de l’assistance humanitaire dans les camps aux réfugiés victimes de violences sexuelles organisées ; les ressorts sociaux de l’épidémie de sida en Asie centrale et Transcaucasie et les politiques onusiennes de la souffrance sociale ; la fabrique del’humanitaire onusien dans l’ancien Second Monde ; les ONG du Sud dans la promotion de la "bonne gouvernance" ; ou encore les théories et les méthodes de l’anthropologie de l’aide humanitaire.

Ses travaux en cours portent sur les rumeurs en temps d’épidémie, et sur la gouvernance onusienne et les reconfigurations de l’aide humanitaire internationale. Ayant rejoint la FMSH en 2009, elle est co-rédactrice en chef avec Michel Wieviorka de la revue Socio et dirige, avec Jean-Pierre Dozon, la plateforme scientifique L’humanitaire dans la globalisation ainsi que la collection Le (bien) commun aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

 

Partager
Communiqué