04 janvier 2018

Séminaire Pharmakon - Exorganologie I - Panser la post-vérité dans la post-démocratie

Troisième séance du séminaire de Bernard Stiegler au Collège d'études mondiales

Le séminaire Pharmakon 2017/2018 de Bernard Stiegler se déroulera cette année dans le cadre du Collège d'études mondiales de la Fondation Maison des sciences de l'homme. Comme au cours des deux années précédentes, il sera consacré à la question de l’exosomatisation.

En 2015, le séminaire avait examiné les thèses dans lesquelles Nicholas Georgescu-Roegen convoquait ce concept qui a été formulé en 1945 par le biologiste Alfred Lotka - Georgescu-Roegen soutenant en particulier que l’économie viendrait se substituer à la biologie dans la vie exosomatisée : la vie exosomatisée est essentiellement constituée d'échanges d’organes artificiels en tout genre, par des voies qui ne sont plus celles des métabolismes biologiques, mais de métabolismes à la fois économiques et technologiques - encore très peu et très mal étudiés.
 
Le second séminaire, qui se déroula en deux temps (automne 2016, hiver et printemps 2017), commença par une interprétation de Lotka lui-même. Il conduisit d'une part à appréhender le discours du transhumanisme du point de vue de l'exosomatisation développé par Lotka, puis à réintroduire - également de ce point de vue - les questions d'entropie relative et d'anti-entropie relative, c'est à dire de localité, celle-ci devant toujours être déclinée sur deux plans : le macrocosme (relativement entropique) et le microcosme (relativement anti-entropique), entre lesquels s'établissent des relations d'échelles.
 
Durant ces travaux, le séminaire avait esquissé quelques traits spécifiques d'une exorganogenèse de l’urbanité - décrivant la transformation des organes exosomatiques s'agrégeant pour former les exorganismes complexes : les villes, les usines, le lien entre villes et usines, qui se substitue au lien entre villes et Eglises. Les territoires urbains acquièrent ainsi à l'époque industrielle des traits nouveaux - caractéristiques de l'Anthropocène. Quelle était la fonction de l'Eglise ? Vieille question sur laquelle le séminaire devra revenir à l'époque où nous croyons devoir projeter une finalité dans l'Anthropocène et contre l'anthropie en quoi il consiste : ce séminaire a en effet pour finalité de projeter une sortie de l'Anthropocène, c'est à dire une perspective vers le Néguanthropocène, par la reconstitution d'une macro-économie guidée par ce que nous appelons la néguanthropie comme critère définitoire de la valeur.
 
Le nombre de places étant limité, les personnes intéressées doivent envoyer leur inscription motivée à Sara Guindani : sara.guindani-riquier@msh-paris.fr.

Détails

Jeudi 4 janvier 2018

Maison Suger | 16-18 rue Suger | Paris 6e
17h-20h

Inscription : sara.guindani-riquier@msh-paris.fr

Ajouter à mon agenda

Partager
Séminaire