21 novembre 2017

Qu'est-ce qu'un mur ? Ontologie et philosophie politique

Séminaire du Collège d'études mondiales

Le séminaire du Collège d'études mondiales accueillera, le mardi 21 novembre, Ernesto Sferrazza Papa, chercheur invité au sein de la chaire Exil et migrations.

Résumé

Une définition minimale du mur de frontière peut être la suivante : le mur de frontière est un objet matériel, un artefact, qui inscrit dans l’espace un rapport du pouvoir. Par conséquent, les murs contemporains qui articulent l’espace global sont des instruments de matérialisation et d’intensification des rapports de pouvoir. Ils sont des objets antiques, en contradiction apparente avec l’image d’un monde globalisé, mondialisé, fluide. Inactuel, le mur exprime le pouvoir de l’État en utilisant la dureté de la pierre. Il est le symbole matériel et majestueux de la souveraineté de l’État.

Toutefois, le mur n’agit pas seulement sur le territoire. Il est un objet complexe et multifonctionnel qui maintient différentes formes de pouvoir. S’il fragmente physiquement l’espace, c’est pour mieux agir sur les hommes. Le mur sépare asymétriquement l’espace, définit un extérieur et un intérieur, fabrique un espace de sécurité par rapport à un environnement hostile, afin d’organiser la circulation des corps, et plus particulièrement des corps des migrants. Il est donc l’instrument par excellence de la gouvernementalité globale contemporaine.

Détails

Séminaire

Mardi 21 novembre 2017
11h00-13h00

Salle A3-50

Entrée libre

Ajouter à mon agenda

Mais si dans l’histoire de l’humanité le mur est devenu un symbole universel de séparation absolue, de violence asymétrique, comment peut-on expliquer son revival contemporain ? Quelle est la narration du migrant produite par un État pour légitimer l’impératif de protection et de défense ? Quelles sont les conséquences réelles de cette fortification des frontières sur les vies des migrants ? Si les teichopolitiques (teichos, c’est-à-dire « le mur de la cité ») contemporaines ont besoin de produire le migrant comme un danger et une menace, il est urgent de faire la critique du travail discursif et rhétorique qui a été essentiel pour garantir l’acceptabilité du mur. Telle est la tâche d’une critique philosophique du mur. 

 

Partager