21 septembre 2017

Spécificité du lieu et urbanisme sonore

Atelier TM

Intervenants : Richard Sennett, John Bingham-Hall, Marta Gentilucci, Alexandra Lacroix 

En mai et juin 2017, deux rencontres de l’Atelier TM ont questionné ce qu’était une acoustique sociable. En nous sensibilisant au son et à l’utilisation qui peut en être fait, les participants ont testé différentes qualités sonores de l’espace urbain comme potentiels sociaux. Ceci a servi de point de départ à une discussion sur la relation entre le bruit de la ville, certains aspects de la structure musicale et la sociabilité urbaine. Plusieurs idées ont surgi quant à différentes manières d’utiliser le son joué et représenté, comme un outil pour faire émerger une compréhension intériorisée de l’espace urbain/social ; mais aussi, inversement, comment en s’interrogeant sur un contexte urbain/social spécifique, cela peut ouvrir différentes approches quant à la création de son, en musique ou dans d’autres champs. Une série de rencontres mensuelles programmées à l’automne 2017 va explorer, d’une manière conceptuelle et pratique, les voies spécifiques par lesquelles les éléments musicaux incarnent et reconfigurent les relations sociales, en s’appuyant sur des thèmes qui ont émergé lors des deux premières sessions : lidiorythmie, l’amplification, la porosité, le silence, etc.

Lors de cette session, deux présentations serviront de point de départ à une discussion sur le potentiel de la musique pour reconfigurer les caractéristiques socio-spatiales d’un territoire et les problèmes liés à la spécificité du lieu. (site-specificity)

Richard Sennett & John Bingham-Hall
Partant de l’exploration du site de Chapelle Charbon qui s’est faite lors des sessions précédentes, les typologies spatiales de border –limite poreuse- et boundary –frontière fermée- seront interprétées comme des conditions sonores. Ceci mènera à une discussion plus large sur la capacité que peut avoir l’intervention sonore, à travers la performance, à servir de stratégie en matière d’urbanisme pour modifier le fonctionnement d’un espace et les conditions qui le constituent en limite ou frontière. Cela amènera aussi à débattre de la problématique de la spécificité d’un lieu comme stratégie de performance, entre contextualité et universalité de la musique.

Marta Gentilucci  & Alexandra Lacroix 
Pour répondre aux problématiques spatiales soulevées lors de la présentation précédente, des questions artistiques seront posées sur la façon d’intervenir dans un espace au moyen d’une musique propre à ce site: quels éléments de cet espace peuvent être incorporés à la performance ? Quelles sont les implications que représentent le fait de mettre en scène, de différentes façons, les relations entre performers, spectateurs et le lieu même ? Quels types de citoyens incarnent le public et les producteurs dans une performance qui se fait en public ?  Dans quelle mesure un matériel physique et sonore artificiel qui ne sont pas propres à ce lieu, peuvent y être introduits ? 

Détails

jeudi 21 septembre | 14h-17h
Salle A3-35 | Fondation Maison des sciences de l'homme | 54 boulevard Raspail | 75006 Paris

Ajouter à mon agenda

Partager

Mots clés

Séminaire

Voir aussi