Pour une typologie des objets de l'exil

Working paper d'Alaxandra Galitzine-Loumpet

Les études sur le phénomène migratoire ont jusqu'à présent accordé peu de place à l'étude des objets, pourtant seules traces tangibles de l'hypermobilité contemporaine. Mais les objets de l'exil ne sont pas réductibles aux objets de la migration. Articulés par la notion de coexistence, les objets de l'exil intègrent artefacts et représentations (littéraires, artistiques), espaces, temporalités et identités multiples. Cette contribution propose de définir une culture matérielle de l'exil et d'en dresser une première typologie autour de trois critères principaux : l'état instable du sujet en exil, l'emboitement matériel/immatériel, la métamorphose des usages.

L'auteur

Alexandra Galitzine-Loumpet est anthropologue et travaille actuellement à la Fondation Maison des sciences de l’homme (ANR EsCA, Programme « Non-lieux de l’exil ») après avoir été longtemps MCF à l’Université de Yaoundé I. Parmi ses thèmes de recherche : les représentations de l’altérité, le patrimoine en Afrique sub-saharienne, le royaume et l’écriture Bamoun (Ouest-Cameroun), la culture matérielle et notamment les objets de l’exil.

Référence

Alaxandra Galitzine-Loumpet. Pour une typologie des objets de l'exil. FMSH-WP-2013-46. 2013.<halshs-00862480>

Partager
Parution