La société est-elle totalement marchandisable ? Rélexions polanyiennes sur la crise du capitalisme

Working paper de Nancy Fraser

Dans La Grande Transformation, son ouvrage classique publié en 1944, Karl Polanyi a lié les origines de la crise capitaliste aux efforts pour créer des " marchés autorégulés " de la terre, du travail et de l'argent. En conséquence, ces trois fondements de la vie sociale ont été transformés en " marchandises fictives ". Le résultat inévitable, affirme Polanyi, a été de dépouiller la nature, rompre les communautés et détruire les moyens de subsistance. Ce diagnostic résonne fortement au XXIe siècle : en témoignent les marchés émergents concernant le carbone et les biothechnologies, les soins aux enfants et aux personnes âgées, l'enseignement, les produits financiers dérivés. Dans cette situation, l'idée de Polanyi de marchandisation fictive procure un fondement prometteur à une analyse structurale intégrée qui connecte les trois dimensions de la crise actuelle, écologique, sociale et financière. Ce papier explore les forces et faiblesses de l'idée de Polanyi.

L'auteur

Après une maîtrise et une thèse en philosophie à l'Université de la Ville de New York, elle est d'abord assistante à l'Université de Georgie. Par la suite, elle sera notamment assistante à l'Université Stanford et à l'Université Northwestern, avant d'enseigner dans cette dernière de 1993 à 1995. Elle devient en 1995 professeur de philosophie et de sciences politiques à la New School de New York. Par ailleurs, depuis 1994, elle est régulièrement professeur invité dans plusieurs universités européennes en France, aux Pays-Bas et en Allemagne. Nancy Fraser est aujourd'hui professeur de philosophie Henry and Louise A. Loeb, à la New School for Social Research à New York.

Référence

Nancy Fraser. Can society be commodities all the way down? Polanyian re ections on capitalistcrisis. FMSH-WP-2012-18. 2012.<halshs-00725060>

Partager
Parution

Voir aussi