12 mai 2017

Re-crafting urbanism : du bruit à la musique

Séminaire de la Chaire Villes globales, le 12 mai 2017

Deux présentations serviront de point de départ à une discussion sur les possibilités offertes par le son et la musique pour améliorer la compréhension de l'espace urbain et la société. Le parallèle entre analyse musicale et urbaine permettra d'appréhender le bruit comme un élément non autorisé et occupant la ville, et la musique, en revanche, comment une tentative d'accorder et de créer de l'ordre dans le monde social.

Le re-traitement de l'urbanisme mettra en lumière les idées développées dans l'Atelier TM, un nouveau groupe de recherche lié à Theatrum Mundi et basé au Collège d'études mondiales au sein de la chaire Villes Globale. Celui-ci cherche à établir un questionnement commun et de nouveaux modes de collaboration entre pratique de la musique et urbanisme.

Richard Sennett : "Du bruit à la musique"
La musique classique a toujours été nourrie par la musique populaire ; de Bach à Bartok, les compositeurs se sont inspirés de chansons populaires, de danses et de chants religieux. Aujourd'hui ce rapport connait une transformation puisque les sons urbains de notre monde sont à présent inclus dans les pratiques artistiques. Je vais décrire cette extension sonore en me concentrant sur trois séquences : la première est personnelle et évoquera mon expérience de travail avec des chorégraphes pour réunir les sons qui peuvent être dansés ; la seconde est une expérience de travail de groupe avec le compositeur Brian Eno pour créer de la musique à partie de son brut ou synthétique ; la dernière est une discussion plus générale sur la relation frontière entre bruit et expression.

John Bingham-Hall
Jacques Attali  dans Noise: The Political Economy of Music (Manchester University Press, 1985) décrit le bruit comme une "arme" et la musique comme "la formation, la domestication et la ritualisation de cette arme" (p. 24). Alors que le bruit menace l'ordre social, la musique est "une affirmation que la société est possible" (p. 31). Si le périphérique de Paris peut être vu comme un mur de sons, autant qu'une barrière spatiale et culturelle, alors des tentatives pour surmonter cette barrière avec des interventions architecturales et culturelles "recadrantes" peuvent être imaginées à travers la proposition d'Attali. Cette présentation présentera les travaux en cours utilisant l'enregistrement de sons et décriera comment des conditions acoustiques très différentes aux Portes de la Chapelle et de Montmartre permettent l'apparition des sortes différentes de contre-publics. Elle discutera aussi de l'implication socio-acoustique dans les projets comme dans le cas de la Philharmonie et pour l'enterrement du Péripherique à la Porte des Lilas.

Détails

Salle Conseil A et B | 54 boulevard Raspail |75006 Paris

17h-19h

Les échanges se feront en anglais

Ajouter à mon agenda

Les échanges se feront en anglais.

 

Partager

Mots clés

Séminaire