Tania Toffanin

Chercheuse associée au sein de la chaire Anthropologie globale du luxe

Tania Toffanin est sociologue et chercheuse associée au Collège d'études mondiales, au sein de la chaire Anthropologie globale du luxe de Marc Abélès

Elle possède un doctorat en Labour Studies obtenu à l'Université de Milan et un diplôme de Science Politique de l'Université de Padoue.

Sa thèse portait sur la Sociologie Économique sur les causes et les effets de la fragmentation industrielle en Italie. 

Elle a enseigné la Sociologie de Travail, la Sociologie de Professions, le Genre et le Travail à l'Université de Padoue pendant plusieurs années, où elle a été chercheuse post-doc au département de Philosophie, Sociologie, Pédagogie et Psychologie appliquée.

Ses intérêts de recherche sont principalement concentrés sur l'analyse des conditions de travail et des processus économiques. Elle s'intéresse également aux questions théoriques et aux conclusions empiriques sur la division du travail genrée. Elle travaille plus psécifiquement aujourd'hui sur la condition des femmes à partir des années 50 dans la restructuration industrielle dans deux régions italiennes. 

Projet de recherche

En 2015, Tania Toffanin était post-doctorante au Collège d'études mondiales. Son projet scientifique était le suivant : "Transformation du Luxe. Analyse du Luxe comme Relation entre Production et Consommation, Sociétés, Marchés et Différenciation Sociale".

Ce projet de recherche avait pour but d'approfondir les questions liées à la production et la consommation d'objets de luxe, dans un cadre comparatif et à long terme. L'hypothèse soutenant sa recherche était que l'industrie de luxe, plus que n'importe quelle autre, a entièrement formé sa structure au moment de la nouvelle division du travail internationale, apparue pendant la dernière moitié des années soixante-dix et les années quatre-vingt, à cause de son rôle dans le cycle d'accumulation et de son lien rapproché avec le capital financier. De même le concept du "luxe" a changé en redéfinissant de nouveaux modèles de consommation, et en assimilant à la mode des marchandises, des vêtements de prêt-à-porter et des accessoires. Ceux-ci étaient partiellement représentés par la production spécialisée et faite main, mais aussi dans la production industrialisée faite par quelques sociétés de marque internationales de luxe.

 

 

Focus

https://www.researchgate.net/publication/299748099_Fabbriche_invisibili_Storie_di_donne_lavoranti_a_domicilio

Fabbriche invisibili. Storie di donne, lavoranti a domicilio

Ouvrage de Tania Toffanin
All'interno delle abitazioni, in tutti i paesi del mondo, donne di ogni età lavorano per l'industria manifatturiera: scarpe, abiti, gioielli, componenti informatici, giocattoli sono solamente alcune delle merci prodotte
https://viewpointmag.com/2014/09/28/the-reproduction-of-patriarchal-hegemony-women-in-italy-between-paid-and-unpaid-work/

The Reproduction of Patriarchal Hegemony: Women in Italy Between Paid and Unpaid Work

Article dans Viewpoint Magazine
As long as reproductive work is devalued, as long it is considered a private matter and women’s responsibility, women will always confront capital and the state with less power than men, and in conditions of extreme social and economic vulnerability.

Chercheurs associés